• qui inspectait le ss-sol

    Paru en 1989 sous le titre :

    The Cat Who Went Underground

     

    L'histoire :

     

    Son amie Polly étant partie en Angleterre et le frigo étant en panne, Qwill décide de passer ses vacances d'été au chalet Klingenschoen au bord du Lac. Le décès soudain du (faux) Commandant Plogg et une araignée morte dans le système électrique du chauffage seront de mauvais augure.

     

    A force d'avoir des ennuis de tuyauteries ou d'électricité, Qwill se voit obliger d'adhérer au réseau "Glinko", fournisseurs de dépanneurs en tous genres, à toutes heures du jour et de la nuit. Ainsi, P'tit Joe lui sera d'un grand secours ... Mais quelle étrange jeune fille !

     

    Si Qwill lisait plus souvent son horoscope peut-être n'aurait-il pas envisagé de rajouter une annexe au chalet : Clem Cottle puis Iggy -ses charpentiers, disparaissent dans la nature ... D'autres disparitions et un accident étrange déciment la profession. Et pourquoi Koko semble obsédé par la trappe conduisant au sous-sol du chalet ?

     

     

     

    Horoscope de Qwill

     

     

    Décidément, ces vacances sont très bizarres, tout comme l'énigmatique Russel Simms, la nouvelle voisine de Qwill ou l'inquiétante Mrs. Ascott, médium de son état. Et ce n'est pas tout : une rumeur consiste à dire que des étrangers venus de l'espace intergalactique viennent régulièrement dans le comté de Moose. Dans une telle ambiance farfelue, Qwill aura bien du mal à rédiger une chronique sur la belle histoire d'Emma Wimsey et de son chat Punkin, dont le fantôme félin semblait prévenir des dangers la vieille dame.

     

    Pour couronner le tout, Qwill se retrouve prisonnier de l'île aux Trois Arbres, en compagnie de Bushy, de Roger et d'une horrible tempête...

     

    Le pompon de cette histoire sera la découverte d'un cadavre dans le sous-sol du chalet !

     

    Il faudra beaucoup de persuasion à Koko pour mettre Qwilleran sur les traces d'un tueur en série...

     

     

    Oscar

    ... ça pourrait être notre Koko ne voulant pas être photographié par Bushy ! Mais là, il s'agit d'Oscar !

     

     

    Avis et sentiment :

    Lilian brosse quelques travers de toute communauté humaine qui se respecte : des rumeurs, des boucs émissaires, de la petite corruption... 

    L'intrigue prend toute son ampleur quand les deux charpentiers de Qwill disparaissent tour à tour. Comme pour la plupart de ses ouvrages, l'intérêt réside aussi dans cette atmosphère inimitable et dans ces personnages attachants, drôles qui sont décrits avec beaucoup de soin et d'humanité. Les rôles de Koko et Yom Yom sont moins mis en évidence même si nos deux compères siamois aiment toujours à se faire remarquer : notre Koko littéraire, trônant sur la tête de l'élan empaillé mérite la palme d'or !

    Vous aimeriez passer vos futures vacances au bord du Lac de Mooseville ? Alors vous êtes prévenu : n'oubliez pas votre boîte à outils et lisez votre horoscope !

     

    Anecdote 

    On peut imaginer que ces lumières vertes observer par les habitants et prises pour des manifestations extra-terrestres, pourraient être des aurores boréales...

     

    Petit morceau choisi :

    " En dépit des prédictions météorologiques, il ne plut pas et les côtés montèrent lentement au rythme de trois panneaux par cigarette, accompagnées des vigoureuses injonctions d'Iggy.

    - Où est ce salopard de clou ? ... Entre dans ce bon sang de trou! Où est le marteau ? Ah! le voilà ! Prêt à fixer ce salopard ! (...)

    - N'avez vous pas de mètre ? s'étonna Qwilleran.

    - J' n'en ai pas b'soin, dit le charpentier avec son sourire permanent, y'm' suffit d'EVALUER LE SALOPARD.

    (…)

     

     Le lundi matin, tandis que Qwilleran se préparait à servir aux siamois du boeuf haché (...), il se produisit une série d'explosions dans les bois et un camion rouillé, couvert par une toile de camping, surgit dans la clairière.

    - Iggy est de retour ! s'exclama Qwilleran sur un ton d'excitation mêlé de crainte.

    (...)

     

    Iggy s'avanca vers le chalet au pas d'un escargot fatigué et Qwilleran accueillit l'ouvrier prodigue en remarquant :

    - Belle journée !

    - Je devrais pouvoir terminer avec ces SALOPARDS AUJOURD'HUI.

    - A quels salopards faites vous allusion ?

    Iggy désigna les montants."

     

     

    Le chat qui inspectait le sous-sol

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Le chat qui lisait à l'envers

    Paru en 1966 sous le titre original:

    The cat who could read backwards

     

    L'histoire:

    Jim Qwilleran -ancien chroniqueur judiciaire, trouve un travail au Daily Fluxion comme rédacteur artistique. Afin de pouvoir satisfaire sa tâche , il multiplie les rencontres du monde des arts pour se forger son idée.

     

    Il fait la connaissance d'un féroce critique d'art qui travaille aussi pour le journal : George Bonifield Mountclemens III. Personnage controversé, ce dernier va louer à Qwill un petit meublé dans sa grande demeure victorienne. En contre-partie, Qwill s'occupe de son chat siamois lors de ses absences. K'ao Ko Kung , dit Koko va vite adopter Qwill ...

     

    Mountclemens souffle le chaud et le froid : à la fois fin gourmet -Qwill ne résiste pas à un bon plat, il agace par ses paroles sans concession. Sa demeure victorienne est un véritable musée et semble en dehors de la réalité d'une grande ville américaine.

     

    Trois meurtres terribles vont se succéder sans que la police ne puisse trouver une piste sérieuse. La jalousie, l'appât du gain n'épargnent pas la sphère artistique.

     

    C'est le chat siamois, très intuitif, qui va donner les clés à notre journaliste curieux et perspicace.

     

    Jeu de moineau-vole

    Copyright © NK.

     

     

    Avis et sentiment : 

     

    C'est le premier livre d'une longue série où on retrouvera le duo atypique Qwill et le chat siamois Koko. L'auteur dépeint avec justesse le monde artistique fait de petites embrouilles et parfois de faux semblants. 

     

    Les personnages et les lieux (on peut imaginer la ville de Detroit) sont presque aussi importants que l'intrigue en elle-même. Celle-ci se met en place au bout de quelques chapitres.

     

    Si vous pensez lire un thriller, vous serez déçu ! Il s'agit là d'un roman policier, facile à lire. Cependant on s'attache rapidement aux personnages et les lieux sont dépeints avec une telle exactitude qu'on s'y croirait ... 

     

     

     

    Morceau choisi :

    Le chat qui lisait à l'envers

     

     

    Invité chez Mountclemens, Qwill va rencontrer le chat ...

     

    "- Je fume la pipe dit Qwilleran, en sortant de sa poche une pipe et une blague à tabac.                                                                                                                                   Comme la flamme de son allumette jaillissait dans la pièce sombre, il tourna la tête et vit briller une lumière rouge sur les étagères. Etait-ce un signal ? Mais non , il distinguait deux points lumineux, brillants, vivants. Son allumette s'éteignit, les lumières rouges disparurent.

    - Qu'est-ce que c'est? s'enquit-il, j'ai vu briller quelque chose sur l'étagère.

    - Ce n'est que le chat. Il aime se cacher derrière les livres.

    - Je n'ai jamais vu de chat avec des yeux rouges.

    - C'est là une des particularités des chats siamois. Faites briller une lumière et leurs yeux deviennent rubis. Ordinairement, ils sont du même bleu que ce Van Gogh. Vous pourrez vérifier, s'il décide de vous honorer de sa présence. Pour l'instant il vous étudie. Il a déjà appris plusieurs choses à votre sujet. "

     

     

    chat endormi

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Voici le second livre paru en 1967

    sous le titre : The cat who ate Danish Modern

     

     

    Le chat qui mangeait de la laine

    L'histoire :

    Six mois ont passés depuis le meurtre de la place Blenheim.

     

    Le directeur du Daily Fluxion décide d'attribuer contre toute attente, la rédaction d'un nouveau supplément du dimanche à Qwill : Le Gai Logis , un magazine de décoration ! Quelle nouvelle pour Qwill , dont la personnalité est bien éloignée du monde des décorateurs d'intérieurs ! - " on ne dit pas fanfreluches mais franges, Monsieur ! "  

     

    Au hasard d'interviews, Qwill fait connaissance avec Harry Noyton qui habite un immeuble moderne "Villa Véranda" et qui lui propose de s'installer gratuitement dans son appartement moderne, durant son absence. Quelle aubaine pour Qwill qui devait quitter son ancien logement, place Blenheim.

     

    Tout le monde y trouve son compte, y compris Koko qui peut surveiller de près les pigeons sur la grande terrasse. Cependant Qwill s'inquiète de sa manie de manger les textiles laineux. Koko s'ennuyerait-il ? Qwill invente un nouveau jeu pour Koko: le jeu du dictionnaire. Mais rien n'y fait... Qwill va peut-être devoir se résoudre à adopter un second chat pour tenir compagnie à Koko.

     

    Une série de meurtre et de cambriolage entache les maisons et les décorateurs qui font les colonnes du Gai Logis. Serait-ce un complot contre le Daily Fluxion ?

     

    L'astucieux Koko sera d'une aide précieuse : grâce au jeu (de hasard ?) du dictionnaire, Qwill va découvrir de nouvelles pistes pour résoudre toutes ces énigmes.

     

     

    Le jeu du dico© NK.

     Le jeu du dictionnaire ! 

     

     

    Avis et sentiment :

    Ici, l'enquête menée en filigranne, nous fait découvrir le monde de la décoration intérieure. Les personnages sont toujours aussi truculents et on suit avec beaucoup de plaisir et de facilité cette histoire toute simple mais dépaysante, au "Pays d'En-Bas".

     

    Le livre est paru en anglais sous le titre original de : The cat who hate danish modern, en référence au décor de l'appartement de Qwill décoré dans ce style.

     

    C'est dans ce livre que le fameux Koko recevra sa carte de journaliste honoraire, signé par le chef de la police et offert par Lodge Kendall.

     

     

    La carte de journaliste de Koko

     

     

    Morceau choisi :

     

     

    " - Mon Dieu, Koko, est-ce toi qui mangeais mes cravates ?

    Le chat leva les yeux expirants pour regarder son ami et se mit à ronronner.

    - Et tu oses ronronner ! Tu dois être devenu complètement fou ! Manger du tissu ! Tu as perdu la tête. Seigneur ! J'avais besion de ce nouveau problème ! 

    Koko toussa encore une fois et rejeta une troisième boule verte humide. Qwilleran se précipita sur le téléphone et composa un numéro : 

    -Bruno ? hurla-t-il dans l'appareil, ici Qwilleran, comment puis-je joindre ce docteur, ce psycattriste ? "

     

     

    Le chat qui mangeait de la laine

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les livres de Lilian

    Paru en 1968 sous le titre : The cat who turn on and off

     

    L'histoire :

    Le quartier de Came-Village (came pour camelote et non came, la drogue) a mauvaise presse : les élus n'investissent plus depuis longtemps et peu de gens s'aventurent dans Zwinger Street, si ce n'est les amateurs de brocante. On y trouve pourtant de drôles de boutiques : Came-Lot, les Trois Parques, le Roi Lear, Ann -ique ou encore une épicerie tenue par Popopopoulos.

     

    Qwill s'inscrit au concours annuel de son journal et choisit pour thème : Noël à Came-Village ! Tout un programme !

     

    Le voilà qui s'installe chez Iris et Corneball Cobb où il va découvrir les talents culinaires de Madame, les astuces du métier de brocanteur  et un fantôme -Mathilda, qui habite la vieille demeure.

     

    Iris lui louera la chambre d'Andrew Glanz -un jeune brocanteur fort apprécié, récemment décédé dans de terribles conditions. Mais ça n'empêchera pas à Qwill de mener à bien sa tâche de journaliste dans cette chambre meublée de façon hétéroclite : un fauteuil de dentiste côtoie un lit en forme de cygne que Qwill qualifiera de "sybaritique"...

     

    Durant son séjour, Qwill fera l'acquisition d'un énorme écusson en fer forgé représentant les armes des Mackintosh :

     

     

    Petit dictionnaire qwilleranesque

     

    "Ne touchez pas le chat sans mettre des gants"

     

     

     

    Dans ce nouvel opus, on retrouve une Yom Yom plus chapardeuse que jamais et un Koko au mieux de sa forme dans le jeu du dictionnaire ainsi que dans l'art de sortir d'affaire son papa Qwill !

     

    Avis et sentiment :

     

    Ici nous baignons dans l'ambiance festive et hivernale d'une fin d'année. L'intrique policière ne commence que vers le milieu du livre et Lilian  J. B. nous fait découvrir les astuces et le quotidien d'une petite communauté de brocanteurs. Les personnages secondaires  -très attachants, sont toujours décrits avec beaucoup de soin, tout comme les lieux où se déroulent les intrigues.

    On y retrouve aussi un Koko, "de plus en plus brillant qui ouvre les portes, allume et éteint la lumière et apprend à taper à la machine" ...

     

     

    Siamois et sapin de Noël

    ©NK.

     

    Morceau choisi : 

     

    " Qwilleran rêva des chutes du Niagara, cette nuit-là. Quand le fracas de la cascade eut réussi à l'éveiller, il regarda autour de lui, dans l'obscurité. On entendait le grondement de l'eau jaillissant comme d'un torrent, puis un gargouillis tumultueux et le silence retomba. 

    Il s'assit sur le lit pour mieux écouter (...) ... petit à petit son esprit ensommeillé identifia la nature de ce vacarme. La tuyauterie défectueuse d'une vieille maison !  (...)

    Koko se tenait sur le lavabo, actionnant de la patte le robinet en porcelaine démodé sur lequel il suffisait d'appuyer pour faire jaillir l'eau. .Le chat surveillait la manoeuvre d'un regard fasciné. Assis au bord de la baignoire, Yom-Yom fermait à demi les yeux, sous la clarté soudaine de la lampe."

     

     

    Anecdote :

     

     

    Le magnifique écusson des Mackintosh suivra Qwill dans ses différents déménagements.  Il en fera dont bien plus tard (Le Chat Qui cassait la Baraque) à l'Auberge Mackintosh situé à Pickax et anciennement "Nouvel Hôtel". 

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Quatrième livre de la série - paru en 1986

    sous le titre : The cat who saw red

     

     

    Les livres de Lilian

     

     

    L'histoire :

     

    Suite à la convocation chez Persée, le directeur du Daily Fluxion , Qwill se voit confier la chronique gastronomique du journal. C'est une catastrophe pour Qwill qui vient de se voir prescrire un régime hypocalorique et hypolipidique ! Mais les ordres sont les ordres. Le voilà donc en quête des bonnes tables de la ville, tous frais payés et participant à des Cheese Party !

     

    Pour son premier article, il choisira la cuisine de la résidence de River Road, chez Robert Maus, l'attorney fin gourmet, surnommé Mickey Maus. A Maus Haus, pension de famille pour artistes, il retrouve un ancien amour de jeunesse : Joy Graham qui fait de la poterie avec son antipathique époux. Qwill sera ému de sa situation de détresse et lui prêtera de l'argent pour financer son divorce... Le lendemain, la belle prendra la poudre d'escampette! 

     

    Rapidement, Qwill se trouve mêlé à une seconde disparition suspecte. Koko fait de son mieux pour mettre Qwill sur la bonne piste : le siamois apprend à se servir de la machine à écrire et avec l'aide de sa compagne Yom Yom, ils s'adonnent à l'art abstrait en tissant des pelotes de laine à travers tout l'appartement !

     

    Mais pourquoi ce titre de livre si étrange, me direz-vous ? Le mystère vous sera révélé dans les dernières pages ...

     

     

                                                                                                                        Drapeau écossais

     

     

    Dans ce livre, Lilian J.B. fait référence aux origines écossaises du personnage principal. Voici la fameuse Balade du Loch Lomond. Cette chanson est chère aux coeurs des Ecossais qui n'hésitent pas à la chanter lors de manifestations sportives, par exemple. 

     

    " By yon bonnie banks and by yon bonnie braes
    Where the sun shines on Loch Lomond
    Where me and my true love spent many days
    On the banks of Loch Lomond...
    You'll take the high road
    And I'll take the low road
    And I'll be in Scotland before you
    Where me and my true love will never meet again

    On the bonnie bonnie banks of Loch Lomond...



    En Français, ça donne :

    Sur tes jolies rives, là où le soleil brille sur le lac Lomond
    Là où moi et mon véritable amour passèrent de nombreuses journées
    Sur les rives du lac Lomond...
    Tu prendras la route du haut
    Et je prendrai la route du bas

    Et je serai en Ecosse avant toi                                                                  

    Là où moi et mon seul amour ne se rencontreront plus jamais                              

    Sur les jolies jolies rives du lac Lomond. "   

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Le personnage de Qwilleran prend une nouvelle dimension et s'étoffe ici avec de nombreuses informations sur sa vie passée. On découvre de nouveaux personnages loufoques comme ce Mickey Maus, pointilleux, ampoulé et plein de génie culinaire ! Comme dans son premier livre "Le chat qui lisait à l'envers", Lilian nous décrit avec minutie des recettes de cuisine. 

     

    L'éditeur Putnam édite ce livre alors que Lilian à soixante-dix ans : ce sera son premier grand succès outre-atlantique qui lancera définitivement la série du "chat qui ..."

     

    Le "chat qui voyait rouge" reste un roman policier savoureux à dévorer pour les gourmands et les gourmets !

     

     

    Siamois et laine

    ©NK.

     

    Morceau choisi :

     

    "Quand Qwill retourna au N°6 pour donner aux chats de la dinde avec une garniture de roquefort, il fut accueilli par un spectacle d'une incroyable beauté. L'appartement avait été transformé en oeuvre d'art. Les chats, ayant trouvé la pelote de laine de Rosemary, avait tissé une toile qui englobait tous les meubles de la pièce. (...)

    A présent les chats étaient assis sur le haut de la bibliothèque aussi immobiles que des statues et ils contemplaient leur création.

    Qwill avait vu des tapisseries au musée  qui étaient moins artistiques et il était dommage de détruire cette oeuvre d'art. "

     

     

     

    Le chat qui voyait rouge

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Paru en 1987 sous le titre : The cat who played Brahms

     

    L'histoire:

     

    Qwill, toujours journaliste au Daily Fluxion dans une petite ville du Middle-West en a assez : le Club de la Presse qui avait été fermé durant 2 semaines vient d'être refait à neuf... Tout y est aseptisé, jusqu'aux serveuses vêtues comme des "soubrettes d'opéra". Pour couronner le tout, au bureau, sa machine à écrire a été remplacée par un ordinateur qui lui donne la migraine.

     

    Il décide contre l'avis de son vieil ami- Arch Riker, de prendre 3 mois de congés et de filer vers le Nord pour s'éloigner de la pollution et des magouilles de la ville. "Tante Fanny Klingenschoen", une ancienne amie de feu sa mère, lui prêtera un petit chalet au bord du lac qui fait frontière avec le Canada. Ca sera pour lui l'occasion de commencer enfin l'écriture de son roman...

     

    Le voilà donc parti dans le Comté de Moose à 600 kilomètres de partout, avec ses deux chats siamois, une cargaison de boîtes de saumon et de crabes pour les chats, son dictionnaire non abrégé et la fameuse poêle offerte par Robert Maus et servant de "plat" aux félins ...

     

     Il découvre une tante Fanny haute en couleur et très dynamique. Rapidement, il se rend compte que la vie à la campagne n'a rien de facile : attaque de moustique, piqûre de plantes vénéneuses, bruit étrange sur le toit durant la nuit. De plus ses affaires disparaissent mystérieusement alors qu'il est de bon ton de ne jamais fermer sa porte à clé dans ce pays si tranquille. Les restaurants sont étranges : le C A F dont le "E" est tombé de l'enseigne et qui sert des choses insalubres; l'Hôtel des Lumières du Nord; le Trisdale, le Pâté Gâté ...

     

    Quant à Koko, il a trouvé une place de choix : il aime trôner sur la tête d'un élan empaillé à l'air soucieux...

     

     

    Evocation du Chalet K ©NK

     

    Une petite évocation du Chalet K

     

    Morceau choisi :

     

     Qwill écrit à Arch :

     

    "Depuis mon arrivée à Mooseville, j'ai découvert que la civilisation est coupée en deux. Celle du pays d'En Bas et celle d'En Haut. Nous avons ici des gens sympathiques qui lisent le Fluxion et il se passe aussi quelques incidents qu'ils essaient d'étouffer. (...) Ce matin j'ai cru que quelqu'un me volait les pneus de ma voiture, mais ce n'était qu'une mouette dont le cri ressemble à celui d'un cric. La bouffe ici est très quelconque. Pour un chroniqueur gastronomique, c'est la Sibérie.

    P.S. : Koko parfait son éducation et joue de la stéréo. Il apprécie Brahms. Dans quelques années, il ira travailler à la Nasa."

     

    Avis et sentiment :

     

    Dans ce nouveau volet, Koko s'approprie une place de roi sur la tête d'un élan empaillé, Yom Yom-la-patte s'amuse à se cacher sous le divan et Qwilleran voit sa vie complètement basculer...

     

    Ce livre marque un tournant dans la série. Sa lecture est nécessaire pour comprendre la suite des tenants et aboutissants de cette série.

     

    On y découvre de nouveaux paysages loin de ceux de la ville et toujours décrits avec beaucoup soin. Des personnages importants y font leur apparition et participeront aux futures aventures de Qwill: Mildred Hanstable, professeur de dessin et fine cuisinière, Roger son fils, Nick et Lorry Bamba, la grande famille Goodwinter...

     

     

    Le chat qui jouait Brahms

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Le chat qui jouait au postier

    Paru en 1987 sous le titre :

    The cat who played Postoffice

     

    L' histoire :

     

    Qwill, devenu millionnaire suite à l'inattendu héritage de Tante Fanny, se retrouve cloué à l'hôpital par à un vilain accident de bicyclette.  

     

    Peu à peu la mémoire lui revient, ainsi que quelques soupçons. Son accident n'en serait pas un ! On a attenté à sa vie !

     

    Dans sa nouvelle demeure, Qwill découvre les secrets d'une jeune fille, Daisy Mull ayant vécue là il y a longtemps. Il met à jour de vilaines histoires qui vont déranger beaucoup de notables.  Pourquoi Daisy est partie sans argent, sans habit et pourquoi y avait-il de la layette enfermée dans une valise? Pourquoi Koko s'assied-il toujours sur la troisième marche de l'escalier? Pourquoi s'ingénie-t-il à pousser sa caisse de litière au milieu de la cuisine ?

     

     

     Koko découvre aussi les joies du piano et s'amuse à effrayer Mrs. Iris Cobb la nouvelle "gouvernante". Iris est une ancienne connaissance de Came-Village du Pays d'En-Bas. Munie de ses lunettes dont la monture est incrustée de cristaux de Bohème, elle vient prêter main forte pour expertiser et mettre à jour un catalogue des merveilles qui trônent dans l'ancienne demeure de Tante Fanny, la Résidence K : faïence majolique, fauteuil Hunziger...

     

    On fait connaissance avec d'autres personnages du Comté de Moose : les membres de la famille Goodwinter : Alexandre et Pénélope, frères et soeurs qui tiennent le cabinet notarial dans Pickax; Amanda Goodwinter la seule décoratrice de la ville, gouailleuse et atypique;Thelma-coup-de-pouce, la serveuse de l'Hôtel restaurant Booze à Brrr... Brrr étant le village le plus froid du Comté !

     

     

     

    Koko sur la Schrank de Pennsylvannie.

    ©NK

     

     

    Morceau choisi :

     

     Une des nombreuses histoires du Salon K :

     

    " L'un des clients du Saloon K était un mineur appelé Harry. Il avait l'habitude de boire au point d'être ivre mort. Il travaillait alors chez le fabricant de meuble qui était également entrepreneur de pompes funèbres.
    Un  soir, ils allèrent le chercher en traîneau -on était au coeur de l'hiver-  pour le conduire à son saloon préféré. Ils retournèrent tous au bar et noyèrent leur chagrin dans l'alcool. Finalement, à trois heures du matin ils installèrent de nouveau Harry dans son traîneau et fouettèrent les chevaux. Ils chantaient et riaient et ne remarquèrent pas que que le corps d'Harry basculait dans le caniveau. Quand il revinrent chez le fabriquant de meuble, pas de Harry ! Ils le cherchèrent toute la nuit mais la neige tombait et Harry ne fut retrouvé qu'au printemps. "

     

     

    Avis et sentiment:

     

     

    Il s'agit du premier volet où l'on découvre un Qwill enfin à son aise financièrement ! Le livre est truffé d'anecdotes savoureuses sur les us et coutumes du Comté de Moose : par exemple il est interdit de siffler dans un lieu public car cela porte malheur ! On y découvre des détails sur l'histoire locale des nombreuses mines désaffectées.

     

    Le livre plante le décor de la ville de Pickax où vont se dérouler les futures aventures de nos amis Qwill, Koko et Yom Yom. Il est construit de façon atypique car il débute par l'accident de Qwill puis, durant les trois quart du livre on découvre les rouages de l'intrigue qui va amener ce drame. La fin est totalement inattendue et réserve une jolie pirouette !

     

    Couverture de la seconde édition française :  

     

     

    Le chat qui jouait au postier

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    shakespeare

    Paru en 1988 sous le titre :

    The cat who knew Shakespeare

     

    L'histoire:

     

    C'est le mois de novembre à Pickax. Qwill écoute les annonces quotidiennes du météorologiste de la radio locale WPKX. Tout le monde attend la fameuse Grande Tempête, qui marquera de son manteau blanc le début de la saison froide. D'ailleurs Koko ne s'y trompe pas, car régulièrement il fait tomber "La Tempête", de Shakespeare. 

     

    Pourtant ce n'est pas une tempête qui va causer la mort accidentelle du père de Junior , mais un vieux pont de bois. Ce n'est non plus pas la météo qui réjouit Gertrude Goodwinter -dite Gritty, la veuve un peu trop joyeuse.

     

    Entre deux rendez-vous galants avec Polly Duncan, la bibliothécaire, Qwilleran va se poser bien des questions sur cette mort soudaine et sur l'incendie du local du journal local.

     

    Mrs. Cobb tient toujours les rênes du nouveau Musée K. Qwill voit d'un mauvais oeil ses amourettes avec Herb Hackpole, un garagiste peu aimé dans la ville... Quant à Koko il apprécie très peu de se voir filmer pour une publicité d'aliments pour chat. Bref, nous sommes dans un mois de novembre animé qui n'est pas un poisson d'avril...

     

     

     Plan pour aller de Pickax à la maison Goodwinter. Cliquez dessus pour mieux voir.

    Nota : votre GPS ne servira à rien. 

     

    Plan pour aller à la maison Goodwinter.

     

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Le livre se déroule en seize chapitres correspondants chacun à une journée du mois de novembre. Le lecteur devient aussi accro au bulletin météo diffusé par la radio WPKX que tous les habitants de Pickax... On attend la "Grande Tempête" ! 

     

    Le livre est parfois très drôle, par exemple quand Hixie parle de son épopée aux WC du restaurant de Brrr, ou quand Qwill essaye de s'y retrouver dans une ville où le nord-est bordé par le rue de l'est .... 

     

    Koko utilise avec beaucoup d'à-propos l'oeuvre de Shakespeare. Il s'en sert à ses propres fins : "Minuit vient de sonner. Il est temps de te mettre au lit". 

     

     

    Morceau choisi :

     

    " Vous êtes-vous jamais interrogé sur la véritable identité de Shakespeare? (...) Je pense que Shakespeare est une femme ! Il y a tant de rôles de femmes fortes et de merveilleuses tirades pour les femmes ! "

     

     

    Le chat qui connaissait Shakespeare

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

    ki sniffait de la cole

    Paru en 1988 sous le titre : The cat who sniffed glue

     

    L'histoire :

     

    Qwilleran vit à présent au-dessus des écuries de l'ancienne résidence K, dans un bel appartement que Francesca -la fille de Brodie, modifie et décore avec beaucoup d'ardeur. Qwill se retrouve pris au piège du petit jeu de cette décoratrice et voit sa douce amie Polly s'éloigner doucement... Et ce n'est pas tout : les chats lui posent aussi quelques casse-têtes siamois : Yom-Yom ne veut plus se servir de ses commodités personnelles et Koko devient accro à l'odeur de la colle.

     

    Bref, la vie de millionnaire à la campagne n'est pas si paisible surtout quand un horrible double meurtre vient entacher la petite communauté de Pickax.

     

     

    arsenic

     Qwill trouve quand même le temps de participer aux répétitions (Arsenic et Vieilles Dentelles) de la nouvelle troupe de théâtre emmenée par Francesca. Ses compagnons de scène lui réserveront une jolie surprise pour son anniversaire et Qwill aura presque une attaque en découvrant la réalisation de Wally Toddwhistle, le taxidermiste : un ours debout de la taille d'un homme, bouche ouverte !

     

     

    Qwill reste toujours actif au sein du journal local qui n'a toujours pas de nom . La direction décide de consulter ses lecteurs pour savoir quel nom lui donner. En attendant, le journal se nomme : "Quelque chose du comté de Moose"... Hixie continue à démarcher les commerçants pour la publicité du journal et se lie d'amitié avec Gary Pratt, l'aubergiste. Quant à Arch, il continue à courtiser l'improbable Amanda Goodwinter : "nous avons fait le plongeon, vieux haricot !  dit-il à Qwill, elle est peut-être acariâtre à ses heures, mais je l'admire."

     

    C'est en cherchant à résoudre les mystérieux crimes que, lors d'un accident de la route, Koko et Yom Yom s'enfuiront dans la forêt; il faudra beaucoup de patience et l'amitié -au final infaillible, de Polly pour vivre dans l'attente du retour des chats.

     

     

    Le chat qui sniffait de la colle

     

     

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Comme le cite Lilian au début de ce livre : "le monde entier est une scène où les hommes et les femmes ne sont que des acteurs ! " C'est ainsi que ce roman est conçu, telle une pièce de théâtre, en acte, scène, avec à chaque fois une petite introduction précisant : lieu, personnages et temps.

     

    On découvre plus précisemment d'autres habitants du comté de Moose : le personnage d'Eddington Smith bouquiniste de son état, est plus travaillé; on apprend qu'il aime ponctuer ses phrases de citations bien placées; il aura un rôle décisif dans ce roman.  

     

    Le comté de Moose reste un délicieux et utopique endroit à lire. On aimerait passer une soirée chez Pompette, le restaurant à North Kennebeck où est conservé le tableau de la chatte du premier patron -Pompette, nommée ainsi à cause d'une boiterie et de la tache noire qui entoure un de ses yeux.

     

     

    Pompette

    ©NK.

     

     

    Morceau choisi 

     

    Hixie raconte sa mésaventure lors d'un démarchage dans un restaurant:

     

    "Il existe un endroit fabuleux à Mooseville. C'est une affaire de famille. Le papa cuisine , la mamma sert à table. Lorsque j'y suis allée pour prendre la commande de publicité, je me suis rendue aux toilettes et je m'y suis trouvée enfermée. J'ai tambouriné contre la porte et j'ai entendu Madame Linguini crier: "papa, une dame est enfermée dans les toilettes. Apporte le cure-dent". On a fourragé dans la serrure et Mr. Luiguini m'a ouvert la porte d'un air furieux. "Vous n'avez pas su vous servir du verrou, m'a-t-il dit, venez, je vais vous montrer". Il est entré dans le cabinet avec moi et a tiré le verrou. Naturellement le mécanisme n'a pas fonctionné et je me suis retrouvée enfermée là avec Mr. Linguini ! (...)

    Hixie, vous devriez écrire un guide sur les restaurants et les particularités des toilettes du comté" suggéra Qwill."

     

     

     

    RIDEAU ! 

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • C'est avec ce livre que j'ai découvert la série "Le Chat Qui..." en 1993, attirée sans doute par le titre. Je l'ai tellement lu et relu que les pages se détachent et sont jaunies par le temps!

     

     

     couverture livre

    Publié en 1990 sous le titre "The Cat Who Talked to Ghosts".

     

     

     

    L'histoire :

     

    En pleine nuit, Qwill apporte secours à Iris Cobb qui dit entendre des bruits de fantômes. Il la retrouvera morte, dans la Ferme-Musée Goodwinter -datant de 1869, à North Middle Hummock.

     

    Qwill et les deux siamois investiront les lieux, le temps au Comité d'administration du musée de trouver une remplaçante à Iris. En parfait citadin hermétique aux histoires surnaturelles, Qwill sera cependant troublé par divers événements... Pourquoi chaque fois qu'il désire écouter Othello de Verdi, le téléphone se met à sonner ? Pourquoi les ampoules de l'entrée s'éteignent et se rallument sans raison ? Que regarde Koko par la fenêtre, en pleine nuit ? Pourquoi le livre de recette d'Iris Cobb a disparu, ainsi que le drap du révérend Crawbanks, celui-là même qui découvrit le corps pendu d'Ephraïm Godwinter en 1904? Et que penser du fait qu'Ephraïm Goodwinter n'était -soit disant, pas dans son cercueil ? D'ailleurs, tout le monde semble croire que c'est son fantôme qui a tué Iris !

     

    Quant à Kristi Fugtree- éleveuse de chèvre, elle évoque régulièrement les apparitions du fantôme d'Emmaline, sa grand-mère, lorsque le temps est à l'orage...

     

     

    Gardénia, la chèvre saanenne de Kristi

    chèvre

     

    ©NK.

     

    Evocation de la campagne des Hummocks ...

    campagne

    Les clôtures, un sujet pour la chronique de Qwill !

     

     

    Mais l'atmosphère d'Halloween n'empêchera pas Qwill de s'intéresser aux activités de son voisin , Vince Bosworth, qui travaille sur un catalogue d'antiques presses dans la vieille grange. La vieille grange attire d'ailleurs toutes les curiosités : celle de Koko, qui tentera à plusieurs reprise de s'échapper de l'appartement pour courir vers la grange. Et aussi celle de "Baby", la fille de Vérona Boswell. L'enfant, à défaut d'avoir l'autorisation de venir voir Koko et Yom Yom, cherche à tout prix à explorer la grange où vivent des chats sauvages ...

     

     

    ... en automne

    Petit dictionnaire qwilleranesque

     

    Chat de la grange faisant sa toilette au soleil. En réalité il s'agit de Pouchkine, qui était mon chat et que j'avais croqué il y a fort longtemps...

    ©NK. 

    Chat faisant sa toilette

     

     

     

    Qwill et ses deux compagnons ne sont pas au bout de leur peine dans cet opus. Le catastrophique Bootsie rentre dans la vie de Polly Duncan... Le chaton siamois se fera un malin plaisir à mettre l'appartement en pagaille lors de son séjour à la Ferme-Musée !

     

     

     Schrank

                                                    

                                                                                Koko en haut de  la Schrank de Pennsylavanie

     

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Il n'y a pas que des histoires de fantômes dans ce Comté à "600 km au nord de partout". La dramatique fin d'Ephraïm Goodwinter, l'histoire de ses mines, la tragédie du 13 mai 1904 où périrent trente-deux mineurs dans une explosion, vous sembleront plus vrai que nature. Le tout est agrémenté de beaucoup de détails, comme l'architecture du temps des pionniers : la ferme Fugtree, la grange derrière le Musée... Dans ce pays rude, même les funérailles restent gravées dans la mémoire collective, comme celles d'Ephraïm Goodwinter, le 8 novembre 1904 : étaient présents cinquante-trois buggies, trente-sept charrettes, plus de cent personnes à pied et dix-sept à bicyclette.

     

    A travers des personnages comme Homer Tibitt, Adam Dingleberry et bien d'autres, Lilian nous fait découvrir avec bonheur une autre histoire -l'histoire locale d'un pays imaginaire.

     

     

    Chevalement

    ©NK.

    Un chevalement fantomatique que j'ai peint il y a longtemps.

     

     

    C'est dans ce livre que Qwilleran hérite du fameux carnet de recettes d'Iris Cobb. Mais il disparaîtra mystérieusement plus tard. 

     

    Morceau choisi : 

     

    Interview à l'hospice de Pickax de Qwill avec Adam Dingleberry qui dirigeait les pompes funébres.

     

    "-Homer Tibitt m'a dit qu'il était allé à l'école avec vous.

     

    - Homer, hein? Il était plus jeune que moi à l'école. Il l'est toujours. Il a quatre-vingt-quatorze ans. J'en ai quatre-vingt dix-huit. (...)

     

    - Le musée possède une table qui provient de l'école de Black Creeck avec des initiales gravées dessus. Pourrait-ce être les vôtres?

     

    - Non, j'ai toujours gravé les initiales d'un autre. Je n'ai pas terminé ma scolarité. Je me suis fait renvoyé pour avoir collé de la bouse de vache sur la chaise du professeur. Mon père m'a donné une raclée, mais ça en valait la peine! "

     

     

    Le chat qui parlait aux fantômes

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Le chat qui vivait haut

     

    Paru en 1990 sous le titre :

    The Cat Who lived high

     

    L'histoire :

     

    Cela fait maintenant trois ans que Qwill a quitté la vie urbaine pour la vie du Grand Nord et il décide -contre l'avis de tous ses amis, de passer l'hiver loin de la ceinture de neige, dans une grande ville plus au sud. Il emmène donc Koko et Yom Yom au Casablanca, un vieil immeuble de luxe convoité par des prospecteurs et défendu par ses locataires de HLM ainsi qu' une association : le SOCK. Qwill est sollicité pour que sa Fondation restaure ce vieux bâtiment, souvenir antique d'une vie passée, incarnée par sa propriétaire, la "Comtesse". Cette vieille dame décalée de la réalité, vit retranchée dans ses appartements "Art Déco".

     

     

    vase rené buthaud

    Un vase René Buthaud qui pourrait orner l'appartement de la Comtesse.

     

    Zwinger Street et le quartier de Came Village ont bien changé. Il y retrouve avec plus ou moins de bonheur d'anciennes connaissances : Charlotte Roop, Mary Duckworth, Amberina, rencontrées dans les aventures : Le chat qui aimait la brocante, Le chat qui voyait rouge. La nostalgie n'épargne pas Qwill : "Il y avait eu un temps où toutes les serveuses du club savaient que Qwill aimait le raifort avec la viande froide".

     

    Qwill se pose beaucoup de questions sur l'appartement qui lui est attribué au 14ème étage et où a eu lieu le mystérieux crime de Dianne Bessinger, l'ancienne locataire. Et que penser de cet immeuble en forme de frigo ?! Est-ce bien raisonnable de se laisser convaincre par Mary, la présidente du SOCK ? Et quelle est donc la signification cachée de ses immenses tableaux représentants des champignons, signés d'un "r" à l'envers, qui ornent son appartement ?

     

    Yom Yom devient léthargique au sommet de cet immeuble; Qwill se fait crever les pneus de sa voiture, puis se la fait voler; Koko apprend à jouer au scrabble, fait quelques découvertes inattendues dans l'appartement et sera d'une redoutable efficacité dans l'avant-dernier chapitre...

     

     

    Le chat qui vivait haut

    Napoléon, le copain de Kitty-Baby, habitants du Casablanca

     

     

    Le chat qui vivait hautAvis et sentiment :

     

    Ce livre sort des sentiers battus auxquels nous sommes habitués dans la série du "Chat Qui". Il commence de façon dramatique dès le premier chapitre. Je me souviens encore de la réaction incrédule que j'ai eue en lisant les premières pages : mais qu'arrive-t-il à Lilian ? ... Il n'y a pas que Riker et Polly qui auront des sueurs froides !

     

    Et puis cet étrange "oubli" : il n'y a pas de chapitre treize ! hum ... *

     

    La trame de l'intrigue nous replonge avec nostalgie dans le passé de Came Village. Mais l'ambiance change vite... ici est dépeinte la voracité des prospecteurs immobiliers à l'encontre de malheureux locataires. C'est le pot de terre contre le pot de fer !

     

    Ce livre donne naissance à quelques idées qui ressortiront plus tard, ainsi Qwill invente l'histoire de la restauration de la grange à pommes octogonale sur le terrain Klingenschoen qu'il désire transformer en résidence, lors de sa rencontre avec Jérome Todd, le directeur d'une galerie à qui il désire soutirer des renseignements sur le meurtre.

     

     

    Morceau choisi d'un heureux propriétaire de chat :

     

    "Qwilleran grommela dans sa moustache, plia la lettre et la jeta dans la corbeille à papier en prenant soin de ne pas la froisser. Du papier froissé agissait comme de l'herbe à chat sur Yom Yom qui s'en délectait et le retrouvait en trois secondes. Toute sa vie il avait eu l'habitude de froisser les papiers (...) mais ces jours-là étaient terminés. Stupéfiant, songea-t-il, comme on arrivait à s'ajuster en vivant avec des chats. Quelques années plus tôt, si quelqu'un lui avait fait cette réflexion, il l'aurait traité de fou."

     

     

     

    Le chat qui vivait haut

    Evitez de lire ce livre dans un ascenseur (rouge) !

     

     

    * Note : vous trouverez un début d'explication sur l'absence de chapitre 13, en lisant les commentaires plus bas ! et pour compléter l'information , rendez-vous ici. Merci à Duncan Idaho pour ces précisions.

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  • Le chat qui connaissait un cardinal

    Paru en 1991 sous le titre : The Cat Who Knew a Cardinal

     

    L'histoire :

     

    L'automne approche dans le Comté de Moose à 600 km au nord de partout. Dennis Hough (prononcé Huff en anglais, c'est-à-dire "oeuf" en français), architecte de son état et fils de feu Iris Cobb a réalisé une petite merveille : transformer une grange à pomme octogonale en demeure spacieuse pour notre Qwill et ses deux chats Siamois : Koko et Yom Yom.

     

    Cette antique grange à pomme aux imposantes poutres de bois date de 1881 et fut construite par J. Mayfuss et Fils. Par temps humide elle exsude encore l'odeur des pommes...

     

    grange à pomme

    Grange octogonale de St Fabien au Québec, musée de l'agriculture du 19ème siècle.

     

    Qwill l'a fait décorer d'imposantes tapisseries représentant bien entendu des pommes mais aussi quelques gravures de chauve-souris pour rendre hommage aux nombreux chiroptères qui y trouvèrent refuge.

     

    Qwill ne craint pas la malédiction qui raconte qu'un homme, il y a 70 ans, se serait pendu à l'une de ces poutres. Ce serait pour cela que le verger dépérit. Toujours est-il que le séduisant architecte qui rénove cette grange disparaît étrangement ... et cela suite au meurtre d'Hillary Vanbrook.

     

     

    Mais resituons les faishakespearets :Hillary Van Brook , ancien proviseur à Lockmaster, connu pour son caractère suffisant et insupportable propose de monter la pièce de théâtre "La fabuleuse histoire de la la vie du roi Henri VIII" de Shakespeare. Contre toute attente c'est un succès et la troupe décide de fêter cela chez Qwill...

     

    Le lendemain matin , Qwill découvrira le cadavre du controversé directeur artistique et Dennis Hough, du cabinet "Huff and Puff" s'évapore dans la nature...

     

    Durant son enquête Qwill découvrira pour la première fois un steeple chease dans la ville de Lockmaster et soutiendra le cheval "Fils de Cardinal". Il fera la connaissance de Kippling et Moira MacDiarmid, directeur et journaliste au Lockmaster Logger. Il sera à deux doigts de devenir fan d'ornithologie grâce à la plaisante grand-mère de Victoria Bushland : "Grummy". Polly se lit avec l'étrange Steve dit "Barberousse", Koko alimente des échanges avec un cardinal qui pose toujours la même question "qui est-ce?"

     

     

    cardinal

    ©NK.

     

     

     

     

    Avis et sentiments :

     

    Si vous ne connaissez pas l'oeuvre de Shakespeare, c'est le moment de vous y mettre ! Lisez "La fabuleuse histoire de la vie du Roi Henri VIII" .

     

    Dans cette nouvelle aventure qwilleranesque, on notera en vrac différents nouveaux aspects du Comté de Moose et du Comté de Lockmaster où on en effleure le monde des courses. 

     

    La description de Wilcat et de son petit magasin est un régal. Qwill y fera un achat incongru : toute une série de pipes en bois pour faire des bulles de savon, vous devinez pour qui... On s'imprègne de la décoration bien particulière de la nouvelle demeure de Qwill.

     

    C'est aussi dans cet opus que Qwill retrouvera enfin un exemplaire de son propre livre "Ville de la fraternité du crime" grâce à Edd.

     

    On fait des découvertes inattendues et drôlistiques sur l'histoire de Pompette le chat et emblème du restaurant bien connu. La scène du concours pour récompenser le chat le plus doux et le plus drôle ressemblant à Pompette est tout simplement jubilatoire.

     

     

    Morceau choisi du jeu des bulles :

     

    "Qwilleran était nerveux (...) Il demanda aux siamois:

    - Aimeriez-vous faire un peu de sport? Quelque chose de nouveau.

    Il sortit une pipe en argile et remplit un bol d'eau savonneuse dans la cuisine. Il vit les deux chats médusés contempler ce récipient qui ne contenait visiblement rien de mangeable ou de buvable.

    - Restez là, leur dit-il en transportant son équipement au premier balcon, aussitôt suivi par les chats.

    Il remplit la pipe d'eau savonneuse et la plaça entre ses lèvres. Il commit alors , une erreur majeure. Ancien fumeur de pipe il avait l'habitude d'aspirer. Il s'aperçut, trop tard, qu'il fallait opérer en sens inverse. Il toussa, cracha et recommença. Cette fois il produisit une bulle magnifique, irisée (...)

    Pour les tenter, il souffla une série de bulles qui se dispersèrent dans l'espace en flottant paresseusement avant de disparaître spontanément. Les siamois ne furent nullement impressionnés par cette performance. Ils regardèrent cette nouvelle excentricité ridicule de cet adulte qui soufflait dans une pipe et secouait les bras. L'air blasé, ils s'étirérent et se dirigèrent vers la rampe conduisant à leur appartement.

    - Ah! les chats ! soupira Qwilleran."

     

     

     

    brassens

    Brassens taquine son Siamois avec la pipe ! Mais où sont les bulles ?

     

     

     

    Nouvelle couverture : 

    Le chat qui connaissait un cardinal

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  

    Le chat qui déplaçait des montagnes

    paru en 1992 sous le titre:

    The Cat Who Moved a Mountain

     

    L'histoire:

     

    Qwill vit depuis maintenant cinq ans dans le Comté de Moose.  Comme convenu dans les termes de  l’héritage de Tante Fanny, il rentre en possession de la fortune Klingenschoen.

     

    Mais Qwill a besoin de réfléchir sur sa vie, et s’éloigner de Pickax pour méditer. Kip et Moira Mc Diarmid lui suggère les Potatoes Mountains, traversées  par la belle rivière Yellohoo.

     

    Aussitôt dit, aussitôt fait, voilà Qwill, Koko et Yom Yom partis en direction de la petite ville de Spudsboro. 

     

     

    Le chat qui déplaçait des montagnes

     

    Qwill emménage dans une grande bâtisse sombre et dénuée de décoration. Rapidement il découvre que TipTop –nom de la location, fut le théâtre d'un meutre.  Koko -pas en reste , trouvera une grosse clé et la pièce cachée qui va avec !

     

    Car ces deux larrons qui « d’une certaine façon sont frères » ont un atout majeur : leurs moustaches ultrasensibles leur permettent de détecter à coup les scélérats...

    Tiger, Blacky et Patches de Gramma Lumpton

     

    Qwill profite de la beauté des paysages en faisant de belles promenades dans les sentiers ; mais ce ne sera pas sans danger ! Il sera secouru à temps par Lucy, une chienne Dobermann.

     

    Une autre fois, à la recherche du mystérieux lac Batata il sera sauvé d’une chute au « Purgatoire » par le patron de « La Boulangerie à moitié cuite». Qwill fait connaissance avec Carmickael, directeur du journal local qui lui expliquera les tenants et aboutissants des griefs qui opposent Taters (montagnards) et les nouveaux arrivants qui souhaitent faire évoluer l’économie du pays, ainsi que les spéculateurs convoitant Little Potato (les Spuds).

     

     

    Le chat qui déplaçait des montagnes

    ...petit ruisseau vosgien , bien loin des Potatoes, quoique...

     

     

    Qwill décide d’utiliser une couverture originale pour enquêter discrètement sur le meurtre de JJ Hawkinfield : il fera sa biographie, permettant de poser des questions sur le procès bâclé de Forest Beechum, l’accusé.

     

     

     Le chat qui déplaçait des montagnes

     Mon chat Sacha ne déplace pas les montagnes mais a apprécié le paysage vosgien des vacances.

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Au début de cette aventure montagnarde, LJB donne la parole à son personnage principal -comme elle le fait de temps à autre. Ici le prétexte sera la tenue d’un journal de voyage par dictaphone; cela permet de diversifier la narration et d'apporter une touche d'intimité. 

     

    LJB brosse un portrait au vitriol du monde immobilier, de ses spéculations, en totale opposition avec la préservation de sites naturels. Si le livre a été édité en 1992, le sujet reste plus que jamais d'actualité.

     

    On assiste à des moments drôles, comme l’interview de Vonda Dudley Wix qui se trouve désemparée face à la répartie de Qwill ou comme la conversation téléphonique entre Qwill et Polly à propos du nouveau nom de Bootsie: "Bucéphale" ( mais oui, ça sonne bien comme une maladie ! )

     

    La fin du livre enchaine sur une nouvelle intrigue mais cette fois à Pickacx et donnera l'explication sur le retour précipité de Qwill à son domicile. L’auteur donne aussi de la liberté et de l’espace à son héros multimillionnaire en suggérant différentes options pour le futur : " retourner dans une grande ville (...), acheter un journal (...), voyager (...)"

     


    Petit morceau choisi sur une facétie siamoise:

     

     " Il ouvrit la porte, s'attendant à être accueilli par deux chats excités, dressant fièrement leurs queues. (...) Au lieu de cela, il entendit des voix humaines au premier étage.

    (...)

    Il chercha instinctivement une arme autour de lui avant de se rendre compte qu'il en avait une formidable dans sa main gauche. Brandissant la canne sculptée qui ressemblait à un gourdin et oubliant de boiter, il monta les marches deux par deux. A mi-étage, il s'arrêta. Il entendit une voix d'homme déclarer :

    - Eh bien, merci d'être avec nous, Bob. Bonne chance pour votre tournée ... et maintenant jetons un coup d'oeil sur le temps...

    Qwilleran termina son ascension plus lentement et trouva les chats sur la table. (...) Ni l'un ni l'autre ne bougèrent. Tous deux le regardèrent avec une complaisance exaspérante.

    - Espèce de gredins! dit-il, après avoir compté jusqu'à dix pour se remettre de ses émotions. Vous auriez pu au moins choisir de la bonne musique ! "

     

     

    Le chat qui déplaçait des montagnes

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Le chat qui n'était pas là

    Paru en 1991 sous le titre original :

    The Cat Who Wasn't There

     

     

    L'histoire:

     

    Qwill, en vacances dans les Potatoes Mountains, revient précipitamment à Pickax car Polly se fait suivre par un rôdeur inquiétant.

     

    Au détour d’une conversation, Irma Hasselhirch et Polly ont l’idée d’organiser un voyage découverte en Ecosse. Qwill se dit que vu les circonstances, c’est une bonne idée d’éloigner Polly du Comté de Moose. Lui-même fera parti du Bonnie Scots Tour, convaincu par l’attrait d’une visite à l’exposition de Charles Rennie Macintosh à Glasgow . La première partie du livre se passe donc dans les îles écossaises, les lochs et les highlands.

     

     

    scotland

     

     

    Mais rien ne va se passer comme prévu. La sirupeuse Melinda Goodwinter traque Qwill malgré la présence de Polly. Irma rencontre en cachette le chauffeur du minibus et décède brutalement. Le groupe va alors se disloquer, certains préférant rentrer à Pickax et d’autres continuant tant bien que mal le voyage sans leur organisatrice. Enfin, leur chauffeur de minibus , Bruce, disparaît dans la nature en même temps que les bijoux des sœurs Chisholm.

     

    Qwill reste songeur au souvenir de ce voyage : 

     

    "Nous avons voyagé dans un pays étranger sans jamais vraiment quitter notre pays. Nous avons emporté nos propres personnalités, nos préférences, nos manies, nos aversions, et même nos conversations sans jamais réellement nous interésser à ce que nous avons vu."

     

     

     

    loch ness

    Loch Ness et Château d'Hurquart

     

    Mais le plus étrange reste à venir : le corps d’Irma est introuvable suite à une erreur d’aéroport !

     

    De retour à Pickax, Qwill vaque à ses occupations et fait l’interview de Grace Utley et Tella Chislohm sur leur collection de 1862 ours en peluche. Il découvrira l’identité du fameux rôdeur qui suivait Polly, un certain Charles Edward Martin de Charlestown, Massachussets. Koko s'interressera de près aux enregistrements audio faits lors de ce voyage, ainsi qu'à quelques clichés photos. 

     

    Pour finir, ce ne sera pas Polly qui sera kidnappée (devinez qui !) et les derniers chapitres sont dignes d’un vrai thriller ! 

     

     

     

    Avis et sentiments :

     

    Quel bel hommage rendu à l'Ecosse ! Grâce aux aventures de Qwill et du Bonnie Scots Tour, nous voici plongés dans l’histoire de cette belle région. La bravoure et les batailles de clans prennent des couleurs !

     

    Lisez donc l'histoire du massacre de Glencoe vers 1600, racontée par Lyle :

     

    "Le roi Jacques s'était enfui (...) et les chefs de clans écossais furent obligés de prêter allégeance à Guillaume d'Orange (...) L'un des chefs de clan manqua à l'appel : Macdonald de Glencoe. Quand son serment d'allégeance arriva finalement - en retard- au quartier général, un officier de haut rang le supprima et donna l'ordre d'exterminer le clan. Un certain capitaine Campbell fut envoyé dans la vallée avec cent vingt-huit soldats. Ils s'installèrent là quelques temps en termes amicaux avec les Macdonald. Puis, un jour à l'aube, une attaque pleine de traitrise eut lieu (...) Je n'ai jamais fait confiance à un Campbell, conclut Lyle.

     

    - N'oublie pas que tu en as épousé une, mon ami, dit sa femme.

     

    - C'est ce que je veux dire. Ils font de bonnes tartes aux pommes mais je ne leur fais pas confiance."

     

     

    Si vous n’avez jamais eu envie de lire Shakespeare, cela risque fort de vous arriver après la lecture du « chat qui n’était pas là ». LJB nous fait une belle description de Macbeth.

     

    Cet opus est dépaysant mais surtout riche d’enseignement. Un de mes livres préférés.

     

     

    Le chat qui n'était pas là

     

     

     Morceau choisi :

     

    "Avec solennité, Qwilleran commença:

    - C'est une discussion sérieuse, Koko, et je veux que tu me prêtes toute ton attention.

    - Yao, répondit le chat en clignant des yeux.

    Qwilleran mit en marche son magnétophone, qui était toujours à portée de main.

    - Es-tu au courant de la mort d'Irma Hasselrich ?

    -Yao ! répondit promptement Koko, ce qui était une affirmation évidente.

    - A-t-elle été assassinée ?

    Koko hésita avant de répondre un "yao" de façon positive.

    - Hum ! fit Qwilleran en tirant sur sa moustache.

    Le chauffeur de minibus lui a-t-il fait avaler une substance quelconque qui a provoqué un arrêt du coeur?

    Koko regarda fixement devant lui.

    -Je vais répéter ma question autrement : le conducteur du minibus lui a t-il administré une drogue qui l'a tuée ?

    Koko resta muet. Il regarda à droite et à gauche, en haut et en bas avec un mouvement convulsif de la tête.

    - Fais attention ! grommela Qwilleran, et il répéta sa question : Le conducteur du minibus...

    - Yao ! dit Koko sans conviction.

    Ce n'était pas la réponse définitive que Qwilleran avait espérée et il jugea plus sage de poser une question piège :

    - Koko, mon nom est-il Ronald Frobnitz ? 

    - Yao ! répondit le devin de la ville en sautant sur une abeille qu'il surveillait."

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le chat qui allait au placard

     

    Paru en 1993 sous le titre : "The Cat Who went into the closet"

     

     

    L'histoire : 

     

    Qwill emménage pour l'hiver dans la demeure Gage, grâce à Junior. Cette grande bâtisse renferme de nombreux trésors que Koko se fera un plaisir de collecter dans les 54 placards.

    La fameuse grand-mère de Junior Goodwinter -Euphonia Gage, se serait suicidée dans une résidence de luxe pour personnes âgées. Les faits se déroulent bien loin du Comté de Moose, en Floride, mais cela n'empêche pas Qwill et ses deux chats siamois de mener l'enquête. Car pourquoi cette dame de 88 ans pleine d'entrain, d'aplomb et de dynamisme se serait-elle suicidée ?                                                                                                                  

    Parallèlement à ce drame, Gil Inchpot, cultivateur de pommes-de-terre dans le petit village de Brrr disparaît brutalement, alors que la récolte bat son plein ! Nancy Fincher, sa fille, est désemparée ! C'est Qwill qui retrouvera son père.

     

    Qwill ménera donc deux enquêtes:  une sur place avec l'aide de Nancy, éleveuse de husky et une seconde grâce à son agent-double : Célia Robinson, qui était aussi l'amie d'Euphonia Gage.

    Il aura peu de temps pour répéter son nouveau spectacle avec Hixie : "Le Grand Incendie du 17 Octobre 1889". Son spectacle fait bien contraste avec la météo de Pickax qui attend d'un moment à l'autre la traditionnelle "Grosse Tempête" annonçant l'hiver...

    Quant aux chats, ils profitent de l'emménagement de Qwill dans la grande demeure Gage pour passer l'hiver à fouiner dans les placards. Ils en ressortiront quelques indices bien utiles à l'enquête.  

     

     

    Chien esquimau de Nancy F

     

    ©NK.

    Chien Esquimau du Groenland de Nancy Fincher-Inchpot.

     

     

     Avis et sentiment :

     

    Le Comté de Moose n'existe pas mais pourtant Lilian lui a donné vie sous sa plume : des récits historiques, une station météo pas toujours précise mais très écoutée de tous, des habitants aux histoires entremêlées... Et bien sûr des drames, comme dans la vraie vie.

    Arch et Mildred vnt enfin se marier. Junior va devenir papa d'une petite Leslie Ann. Il va aussi découvrir une nouvelle Tante !

    Quant à nous, lecteurs, nous faisons la connaissance avec  un nouveau personnage haut en couleur : Célia Robinson et son chat Voyou.

     

     

    Toulouse, le chat des Riker

    ©NK.

     

     

     

    Toulouse, le chat de Mildred et Arch Riker.

     

     

    Morceau choisi :

     

    Nous sommes le 24 décembre à Purple Point, dans le cottage des Lanspeak. Mildred et Arch se marient.

     

     

    " Lisa demanda à Qwill:

    - Qui s'occupe de Koko et Yom Yom?

    -  La belle-soeur de Polly.

    (...)

    - Dès que nous serons installés, nous prendrons un couple d'abyssins, déclara Riker. 

    - Après avoir longuement réfléchi à la question, je suis persuadé que le monde serait meilleur si tout le monde avait un chat, déclara sentencieusement Pender Wilmot.

     

    Le pasteur ajouta :

    - Chaque fois que j'éternue, ma Belle Moustache émet un son comme si elle me bénissait. 

    - Lorsque j'étais petite fille et prenais des leçons de piano, notre chat protestait chaque fois que je faisais une fausse note, raconta June Halliburton.

    - Oh Jay a des puces, dit l'héritier Wilmot.

     

    Le regard de Qwill croisa celui de l'attorney et les deux hommes se retrouvèrent quelques minutes plus tard dans la bibliothèque. 

    - C'est le premier mariage auquel j'assiste où le seul sujet de conversation soit les chats, remarqua Wilmot."

     

     

    Le chat qui allait au placard

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  

    Le chat qui jouait aux dominos

    Paru en 1994 sous le titre original : The Cat who came to Breakfast 

     

    L'histoire :


    Alors que Polly part en vacances chez son amie architecte dans l'Oregon, Qwill prétexte quelques travaux d'écritures pour le Quelque Chose du Comté de Moose, afin de se rendre dans l'île de Breakfast Island. En réalité il décide d'enquêter sur différents incidents survenus dans cette île devenue touristique. 

     

    Cette île en forme de poire, cartographiée sous le nom de "Pear" , est appelée "Breakfast Island" dans le reste du Comté. Mais pour les autochtones, c'est le nom d'origine qui prévaut : "Providence Island". 

     

    Il emménage à l'Auberge Domino tenue par ses amis Nick et Lori Bamba. 

    Ses vacances ne seront pas de tout repos avec Koko et Yom Yom obligés d'être enfermés dans un tout petit chalet au côté de June Halliburton...

    Qwill, aidé du bel à-propos de ses chats, de Derek Cuttlebrink et de la numérologie va tenter de trouver qui est le maniaque qui sévit sur l'île. Mais s'agit-il bien d'un maniaque ? ...

     

     

    Phare de Providence-Pear-Breakfast Island ...

    Le phare de Providence Island

    ©NK.

     

     

     

     

    Avis et sentiment : 

     

    Voici une aventure de Qwill bien dépaysante où l'auteur donne au passage un coup de griffe au tourisme de masse, peu respectueux de l'environnement. On y fait la connaissance d'un nouveau personnage qui sera récurrent dans les livres suivants : Elizabeth Applehardt-Cage, personnage mystérieux qui s'adonne à la numérologie avec succès ! 

    Tous les ingrédients dont on raffole se retrouvent dans cet ouvrage, notamment les jeux étonnants entre Qwill et Koko : ici, il s'agira de dominos...

     

    Page 199, voici la traduction de la mystérieuse phrase qui fit tant rire Qwill et Arch dans leur jeunesse, lors d'un cours de Mrs Heath : "Mrs. Heath a de grandes dents ! "

     

     Morceau choisi : 

     

     

    " En tant que baromètre, les siamois pouvaient prédire "temps humide" ou "grand vent". Un chat lourd signifie une averse importante. Un chat en folie annonçait une tornade."

     

     

     

     

    Le chat qui jouait aux dominos

     

    " Mais où sont les dominos ? " 

    Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  

    Le chat qui donnait un coup de sifflet

    Paru en 1995 sous le titre original : The Cat Who Blew the Whistle

     

     

    L'histoire

     

    Un événement hors du commun se passe à Sawdust City -la ville à la mauvaise réputation : un vieux train a été restauré aux frais de Floyd Trevelyan et sera une attraction pour touristes et locaux riches. Voilà de jolies promenades en perspective et tout le monde se réjouit. Le Train de Plaisance Lumbertown fait la une des journaux avec sa rutilante locomotive SC& L N°9.

     

    Mais voilà : Floyd Trevelyan disparaît brusquement avec sa secrétaire et la banque qu'il préside est soumise à un contrôle administratif. Une commission d'enquête révélera un établissement en faillite. Il laisse dans le désarroi sa fille et sa femme handicapée.

     

     

    train de la Baie de Somme

     

    ©NK.

    Voici une locomotive plus petite que la SC&L mais qui -j'en suis sûre, aurait plu à Floyd T. Il s'agit du petit train qui traverse la Baie de Somme - France.

     

     

     

    L'arrivée de Célia Robinson arrange bien les affaires de Qwill qui mène l'enquête sur la disparition et la faillite de la banque. Célia va donc à nouveau jouer les espions dans le cadre de "l'Opération Sifflet", en infiltrant la famille Trevelyan pour recueillir des renseignements.

     

    De son côté Koko expérimente les vertus d'une pyramide installée dans la grange de Qwill. Il provoquera -ou pas ? une surcharge sur le réseau électrique et une coupure générale dans tout le Comté ! ! ! Au même moment, un crime aura lieu dans un pub de Sawdust City. 

    Ah les chats ! 

    Qwill aura vite fait de démonter cette pyramide -encombrant cadeau de Liz Cage, et de la jeter dans le vieux verger, territoire de sa nouvelle amie chouette qu'il surnomme "Marconi". 

     

    Alors qu'il tente de distraire Polly de ses tracas immobiliers , c'est bien son habile chat Koko qui l'aidera à résoudre cette délicate affaire...

     

     

    Mine du Carreau Wendel

    ©NK.

     

     

     

     

     

    Avis et sentiments 

     

    La région de Sawdust City était peu évoquée jusqu'à présent dans la série du Chat Qui... Là, on découvre une ville haute en couleur et forte de personnages authentiques, comme Ozzie Penn, le mécanicien de locomotive à vapeur. Par la suite, Sawdust City sera plus fréquemment évoquée sous le nom de : Mudville.

     

     

     

    Morceau choisi

     

     

     «  Il y avait un thème léonin récurrent dans les dernières bouffonneries de Koko : le lion du Songe d'une nuit d'été, Androclès et le Lion et maintenant Un lion en hiver. S'identifiait-il au roi des animaux ? Pour un chat de dix livres, il avait un ego encombrant.

    "Ou bien, pensa encore Qwilleran, il essaie de me dire quelque chose et je ne le comprends pas ! "

     

     

    Le chat qui donnait un coup de sifflet

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Le chat qui disait cheese

    Paru en  1996 sous le titre original : The Cat Who Said Cheese

     

     

    L'histoire : 

     

    En ce début d'automne, une grande effervescence règne à Pickax : "La Grande Explo". Il s'agit d'un grand événement gastronomique local : une rue entière de la ville sera dédiée à de nouvelles boutiques culinaires. Le journal organise un forum où les lecteurs posent des questions ou proposent leurs idées. Les organisateurs ont prévu des concours (dont un de pâté). Le clou du spectacle est une vente aux enchères de billet donnant la possibilité de dîner avec des personnalités connues du Comté.

     

    Mais voilà : tout va de travers. Une explosion criminelle détruit le Nouvel Hôtel de Pickax (rénové en 1930...) ; une étrange femme est l'objet de tous les ragots de la ville. 

     

     

    Horloge à coucou

    Horloge à coucou de la Forêt Noire dans le vieux manoir à briques rouges de Gus Limburger.

    ©NK.

     

     

    Les agissements de Koko semblent parfois sibyllins pour les non-initiés. Il poursuit Yom Yom mais pourquoi ? Il s'intéresse à certains fromages et devient même ami avec l'étrange Aubrey Scotten, un jeune apiculteur ... Et que dire de cette dinde surgelée qui ne contient pas que des abattis ... !

     

     

     

    Anecdotes : 

     

    Mudi

     

     

    L.J.B. fait référence à un chien de garde à long poil hongrois lors de la visite de Qwill chez Kristi. Il pourrait s'agir d'un Mudi, chien de troupeau et de garde originaire de Hongrie. 

     

    Dans ce livre Qwill fait une farce à Polly (qui est au régime) en lui envoyant des masques hideux achetés dans la boutique d'Amanda. L'un des masques s'appelle Lo Phat et l'autre Lo Psalt. Lo Phat pour low fat , c'est-à-dire moins de gras et Lo Psalt : low salt, moins de sel.

     

    Citation : "Plus on parlait aux chats (...) et plus ils devenaient intelligents"

    C'est dans ce livre que la joyeuse Célia Robinson dira en parlant de Pickax : " Oh ! Cette ville est si drôle ! Il faudrait écrire un livre à son sujet ... "

    ( Je suis d'accord avec ça. )

     

     

    Avis et sentiment :

     

    Que d'émotions ! Une explosion de l'hôtel, un événement local nommé avec à propos "La grande Explo" et pour finir la recherche du cahier de recettes d'Iris Cobb -une vraie quête du Graal, Qwill aura beaucoup à faire. Et son chat Koko devra se montrer bien persuasif pour le guider sur les bonnes pistes...

    Ce livre est plein de rebondissements.

     

     

    Morceau choisi : 

     

    C'est amusant de voir comment nos amis américains apprécient le fromage français. Mais il est aussi question de gruyère... Voici une discussion entre Qwill et Brodie -son ami policier, autour d'un morceau de gruyère.

     

    " - J'ai demandé au gars du magasin de fromage pourquoi un chat préférait ce fromage à l'emmental, qui est suisse. Il prétend qu'il est plus crémeux et plus salé.

    - Coûte-t-il cher ? 

    - Plus cher que ce fromage industriel que l'on vende chez Toodle. (...)

    - Il est préférable que je rentre chez moi ou bien ma femme va appeler la police. (...)

    Le chef de police rentra chez lui avec un gros morceau de gruyère. "

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    The Cat Who Tailed a Thief

    You can find a translation down this page. 

    Thanks to Jack, my American friend for his help ! 

     

    Lire la suite...

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    The Cat Who Sang for the Birds 

    You can find a translation down this page. 

    Thanks to Jack for his help ! 

     

     

     

     

    Le chat qui parlait aux oiseaux

     

    Paru en 1998 sous le titre : The Cat Who Sang for the Birds

     

     

     

    L'histoire 

     

    Pickax a une nouvelle attraction : un Centre Artistique construit derrière la grange de Qwill, pas loin de Trevelyan Road. Là, les artistes du coin travaillent dans des ateliers et exposent leurs oeuvres. 

    C'est ainsi que Qwill rencontre de nouveaux personnages : Paul Skumble, le portraitiste, Duff Campbell, l'aquarelliste, Miss Papillon (Phoebé Sloan) qui peint des papillons ...

    Au journal, c'est aussi l'effervescence car Hixie Rice organise un concours d'orthographe : la Coupe des fanions, qui passionnera tout Pickax et surtout le jeune Culvert, brillant petit garçon de 9 ans.

     

    Mais ce printemps trop précoce dans le Comté de Moose va encore révéler bien de mauvaises surprises: après avoir été traitée de "sorcière", la vieille Maude Coggins est prise au piège dans l'incendie volontaire de sa ferme... Koko avait pressenti la chose : il faisait sans arrêt tomber le livre des "Sorcières de Salem". Bizarrement, juste avant son décès elle avait vendu pour une bouchée de pain sa ferme à la Northern Land Improvement.

     

    Pour finir, le Centre Artistique est cambriolé, les dessins de Daphné disparaissent et Derek se fait embobiner par Chester Ramsbottom -politicien peu recommandable, pour diriger le restaurant Chet's Bar & Barbecue...

     

     

     

    Moucherolle Phébi ©NK.

    Moucherolle Phébi sur une branche de sureau, dans le jardin de Qwill.

    Koko aime l'entendre chanter "feed me ! feed me ! tree ! tree ! tree ! cheese it ! cheese it ! " 

     

     

     

     

     Avis et sentiments  

     

    Quelques longueurs dans cet opus. Et aussi quelques changements cartographiques. Ainsi le complexe d'Ittibittiwassee devient un centre pour personnes âgées situé à Bloody Creek. On peut cependant imaginer que ce complexe est distinct de celui du Village Indien.

     

    D'autre part, nous découvrons une onzième mine : la Old Glory.

    Les dix autres étant : la Goodwinter, la Trisdale, La Dimsdale, la Honey Hill, la Black Creek, les Trois Pins, la Moosejaw, la Big B, la Buckshot, la Smith's Foly.

     

    La lecture reste cependant bien agréable avec de délicieux passages comme par exemple, Thornton Haggis gravant des phrases sur les pierres tombales. Certaines -gravées à l'époque de son grand-père et son arrière grand-père sont fameuses :

     

     

    "Ici repose un homme heureux. Jamais marié".

    "Ses reins ont eu raison de lui".

    "A mangé du mauvais poisson".

    "Abattue par son cher mari". Sur la pierre voisine : " Pendu pour avoir tué sa chère épouse".

     

    Anecdotes

     

    C'est sur l'emplacement du projet de maison de Polly qu'est construit le Centre Artistique.

    On peut imaginer que des oeuvres bien réelles auraient pu être exposées dans ce Centre. Je pense à Rien Poortvliet, le grand illustrateur néerlandais et aussi à Beatrix Potter, la maman de Jeannot Lapin.

     

    Le chat qui parlait aux oiseauxLe chat qui parlait aux oiseaux

     

    Illustrations de Béatrix Potter 

     

     

     

     

    Le chat qui parlait aux oiseaux

     

    Peinture de Rien Poortvliet

     

     

     

    C'est aussi dans ce livre que Qwill fait construire un belvédère pour les chats : il s'agit d'une petite construction en bois où les chats peuvent observer à loisir les oiseaux. L'idée lui est venue quand il passait ses vacances dans les Potato Mountains.

     

    Autres faits marquants : Qwill se voit offrir le fameux vélo couché (tout le monde sait qu'il réfléchit mieux en position allongé, pieds surélevés) ... Et on lui dépose devant sa grange deux chats ...

    Katie et Mac seront finalement adoptés par la Bibliothèque Municipale. Les bénévoles qui avaient désertés la bibliothèque suite à l'informatisation des prêts de livre, vont revenir rien que pour les deux greffiers ! 

     

     

     

     Le chat qui parlait aux oiseaux

     

     

     

    La citation à  retenir

     

    Duff Campbell, aquarelliste : 

     

    " Il faut se décider vite avant que cela sèche. Faut aussi savoir s'arrêter."

     

    Voilà deux grandes vérités sur l'aquarelle. Le plus dur étant à mon avis de savoir s'arrêter...

     

     

     

     

     

    Le chat qui parlait aux oiseauxUp/haut de la page

     

     

     

     

     

     

    Summary 

     

    Pickax has a new attraction : an Artistic Center built behind Qwill's barn -not far from Trevelyan Road. The artists of the area work and show their drawings and paintings in the Centre.
    Qwill meet new characters: Paul Skumble the portraitist, Duff Campbell watercolorist, and Phoebe Sloan who paints butterflies ...
    At the same time, all the town is excited because of a spelling bee organized by Hixie Rice ... Culvert, a brilliant young boy is anxiously happy to participate.

    But, all is not well in Moose County : at first Maude Coggins is treated as a witch and then her farm is burned in a criminal fire ! Koko with his mysterious power had felt the problem and brought down a book about witches in Salem... But that's not all : the Northern Land Improvement Company bought the farm from Maude with a unfair price ! 

     

    Someone stages a robbery in the Artistic Center and Daphne's drawings disappear...

    Chester Ramsbottom -a politician, offers a bad job to Derek Cuttlebrink in his restaurant : Chet's Bar & Barbecue...

     

    Everything is going wrong in too earlier spring ! 

     

     

    Some feelings and ideas about the book 

     

     There are some map changes. For example Ittibbittiwassee Complex becomes a house for senior people, near Bloody Creek. But we can imagine that this complex is different from the first because of the flats.

     

    We also discover an eleventh mine : the Old Glory.

    The other ten are : Goodwinter, Trisdale, Dimsdale, Honey Hill, Black Creek, Three Pines, Moosejaw, Big B, Buckshot, Smith's Foly.

     

    The reading stays very pleasant with humorous sections such as . Grand father and Great-grand-father of Thornton Haggis engraved odd sentences on tombstones. Some of them are hilarious 



    "Here rests a happy man. Never married."
    "Had eaten a bad fish."
    "Shot by her dear husband." On the nearby stone: "Hanged for killing his beloved wife."

     

    Anecdotes

     

    The Artistic Centre (or center ?)  is built on the site of Polly's old project house.

    We can imagine that real paintings could be displayed. I think of Rien Poortvliet a famous Dutch illustrator and also Beatrix Potter. You can see some of their works in the middle of this page.

     

    It's also in this book that Qwill built a belvedere for his cats. He had this idea when he was on holidays in the Potato Mountains.

     

    Other facts :

    Qwill receive a strange bicycle ... He can ride in a reclined position ! ... Everybody knows he thinks better when he is lying with his feet up.

    One day, Qwill finds two stray cats behind his house... Katie and Mac (their names) will find a new home, the public library.

     

     

    The quote to remember 

     

    Duff Campbell about watercolor :

     

    "You have to decide quickly before it dries. One must know when to stop."

     

     

     


    This are two great truths about watercolor. The hardest is to know when I must stop ...

    You can see one of my watercolours on the middle of the page. I am not able to translate the name of this bird. In French we say : "moucherolle phébi".

    This bird sings something like : "fee me ! feed me ! "

     

     

     

    Up/haut de la page

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    The Cat Who Saw Stars

    You can find a translation down this page.

    Thanks to Jack for his help ! 

     

     

     

    Lire la suite...

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • You can find a translation after Pickax's blazon

     

      

     

     

    Lire la suite...

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    You can find a translation after the watercolor.

     

     

    Le chat qui flairait l'embrouille

     

     

    Paru en 2001 sous le titre original : The Cat Who Smelled a Rat

     

     

    L'histoire

     

    C'est l'automne dans le Comté de Moose. Pourtant la pluie se fait rare et les feux de broussaille sont nombreux. Alors que Pickax s'apprête à faire honneur à ses chevalements de mine, ouvrages vivants de cette région, ces incendies deviennent préoccupants. 

    Hixie Rice organise un Cortège du Chevalement avec plaque commémorative sur chaque site minier. Les habitants, eux, organisent des rondes la nuit pour surveiller les départs de feux aux abords des vieux chevalements de bois. Un jeune bénévole y trouvera la mort et Sprenkle, la dame aux chattes, disparaît subitement de Pickax avec le Docteur Henry Zoller.

    Quant à Qwill, il revoit la décoration intérieure de son duplex au Village Indien. Un grand batik avec un motif de vers et de rouge-gorge sera l'objet de bien des conflits : d'abord avec Polly, qui trouve la scène horrible puis Koko.

    La Grande Chute (de neige) mettra un terme aux feux de broussailles et à cet automne riche en rebondissements.

     

     

     

    Anecdotes

     

    Cristallerie de Saint Louis

    Il est amusant de voir que Lilian Jackson Braun fait référence à la cristallerie de Saint Louis en Lorraine (ma région) connue depuis le 18ème siècle.

    Voici le site de cette cristallerie à Saint Louis Les Bitche (en français et anglais : ) https://www.saint-louis.com/fr/histoire

     

    La fin d'Edd

    C'est dans ce livre que le personnage d'Eddington Smith - "Edd", disparaît. C'est bien triste.

    Son chat, Winston, échappe à un incendie criminel et trouvera un bon foyer chez les Bethune, pharmaciens à la retraite.

     

    Entreprises XYZ

    Les fameuses entreprises XYZ deviennent la Donex et Associés car Zoller prend sa retraite et Caspar Young crée sa propre entreprise. Donex et associés appartient à Don Exbridge.

     

    Un dahu dans le Comté de Moose ...

    Il ne s'agit pas là du fameux animal imaginaire mais d'un objet : le scramadiddle. Le scramadiddle est un objet rare de style Early American, que l'on trouve surtout dans le Middle West. Il s'agit là d'un légende racontée par Burgess Campbell, qui la tient lui-même de son père, Prentis Campbell III. Cette légende sera reprise dans le livre d'histoires locales de James Qwilleran.

     

    Brrr

    Le village le plus froid de tout le Comté est bien connu de vous autres lecteurs : il s'agit de Brrr. Dans "Le Chat qui flairait l'embrouille", Brrr se voit ajouter le mot "township". Rien à voir bien sûr avec un bidonville d'Afrique du Sud, il s'agit là d'un synonyme de "faubourg".

     

    Concours d'haïkus

    Le Quelque Chose du Comté de Moose organise un concours d'haïkus. Le meilleur reçoit un de ces fameux gros crayons jaune à mine grasse sur lequel est écrit en or : "La Plume de Qwill". 

     

     

    Morceau choisi

     

    Quelques haïkus envoyés à "La Plume de Qwill"

     

    Sieste féline

    Coussin de fourrure sur ma chaise

    Trois oreilles, deux queues,

    Un nez, pas de patte.

     

    Surveillance des oiseaux

    Un bébé colibri

    Ivre de jeunesse

    Chancelle sous la brise.

     

     

     

    Pour finir ...

     

    Cet hiver, lorsque vous verrez les premiers flocons voleter dans le ciel, faites comme les habitants du Comté de Moose : allez dehors et tirez la langue. Le premier flocon qui atterrit sur votre langue est un porte-bonheur !

     

     

     

    Le chat qui flairait l'embrouille ©NK

     

     

     

     

    Summary

     

    It's the fall in Moose County. Yet the rain becomes scarce and brush fires are numerous. While Pickax prepares a feast about its mine shafthouse, the wild fires becoming worrying.

    Hixie Rice organizes a Headframe Procession with commemorative plaque on each mine site. The inhabitants organize all night citizen's fire watch because it seems the fires are caused by somenone. A young volunteer will dead during a night round and Sprenkle, the lady with the cats suddenly disappears with Dr. Henry Zoller.

     

    Qwill will review the decoration of his apartment in Indian Village : a large batik with a pattern of a robin eating a worm will be conflictual. Polly and Koko don't appreciate the scene on the batik.

    The Big One (snow) will end the brush fires.

     

    Anecdotes

     

    • Lilian Jackson Braun refers to Saint Louis crystalware in Lorraine (the aera where I live in France). St Louis is well known since the 18th century.

    The website of this crystalware (in French and English) : https://www.saint-louis.com/en/history

     

    • In this book the character of Eddington Smith also known as "Edd", disappears. It is a very sad new. His cat, Winston, escapes from the bookstore during the fire. He will find a good home in the Bethune's house.

     

    • The famous XYZ enterprises becomes Donex and Associates because Zoller retires and Caspar Young creates his own company. Donex and Associates belongs to Don Exbridge.

     

    • A dahu in Moose County ...

    A dahu is a famous French imaginary animal but here, it's not a dahu but a scramadiddle. The scramadiddle is a rare item Early American style, which was found at first in the Midwest. This is a legend told by Burgess Campbell, who holds it from his father, Prentis Campbell III. This legend will be included in Qwill's book.

     

     

    • Haïku competition

    The Moose County Something organizes a haïku competition. The best author will win one of the famous big yellow pencil with the inscription: "The Qwill's Pen".

     

     

     

    The quote to remember 

     

    A nice haïku sent to the "Qwill's Pen"

     

    Cat Nap

    Fur cushion on my chair

    Three ears, two tails,

    A nose, no paw.

     

     

     

     

    To finish ...

     

    This winter, when you see the first snowflake fluttering in the air: go outside and pull the tongue as the people in County Moose use to do . The first snowflake you catch is a lucky charm!

     

     

     

     Le chat qui flairait l'embrouille

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    You can find a translation after the big tree.

     

     

     

    Lire la suite...

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     You can find a translation after the parrot.

     

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

    Paru en 2003 sous le tire The Cat Who Brought Down the House

     

     

    L'histoire

     

    Une grande nouvelle agite le quotidien des habitants de Pickax : Thelma Thackeray, 82 ans, qui a vécu toute sa vie à Hollywood, revient au bercail pour y passer sa vieillesse. Qwill a beaucoup de doute quant à cette nouvelle, d'autant plus que nous sommes le 1er avril ! 

     

    Cependant cette forte personnalité qui attise la curiosité emménage bien dans une belle maison de Pleasant Street à Pickax. 

     

    Un peu plus tard, les célèbres perroquets de Thelma seront enlevés et réapparaîtront  tout aussi subitement, tandis qu'un cadavre est retrouvé dans une camionnette ...

     

     

    Avis et sentiment

     

    Dès la préface, où l'auteur dresse un portrait succinct de son personnage principal, on sent que la série du Chat Qui touche à sa fin.  Lilian Jackson Braun a alors 87 ans et précise : 

     

    " Le chat qui cassait la baraque est le vingt-cinquième épisode de la saga de Qwilleran. Allons-nous songer au vingt-sixième?"

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

     

    A noter qu'à partir de ce livre (ancienne édition), certains mots d'origine étrangère ou peu courant bénéficient d'une annotation en bas de page. 

     

     

    Anecdotes 

     

    Page 36 Qwill nous régale d'une de ses anecdotes d'enfance avec son ami Arch Riker : ils s'amusaient à s'envoyer des messages secrets  écrits  à l'encre invisible grâce au jus de citron...

     

    Lilian fait allusion dans son livre à Jabberwocky de Lewis Carroll pour qualifier le langage administratif dans une lettre envoyée par Mavis Adams, la notaire. Il s'agit d'un poème dont les mots ont été inventés par l'auteur. Un peu comme la petite chanson du chat de Cheshire.

     

    ’Twas brillig, and the slithy toves
    Did gyre and gimble in the wabe;
    All mimsy were the borogoves,
    And the mome raths outgrabe.

    Fleurbageons, les rhododendroves
    Gyraient et gamblaient dans les vabes;
    On frimait vers les pétunioves,
    Et les momerathes engrabent.

     

     

    Le Comté de Moose a bien failli s'appeler le Comté des Myrtilles, en effet les buissons de myrtilles -aussi appelés airelles dans ce coin, remplissaient les forêts entières ! Le grand-père de Mildred s'appelait alors le "Roi de la Myrtille" car il commercialisait les baies sauvages qui poussaient sur son terrain. Des gens lancèrent une campagne pour changer le nom du Comté avec ce fameux slogan : 

     

    " Quand avez-vous vu un orignal pour la dernière fois? "

     

     

    Citations

     

    Lilian décrit l'amour de Qwill pour les livres ainsi : 

     

    "Il éprouvait pour les livres ce que les parents ressentent pour leurs enfants". 

     

     Qwill trouve toujours de bonnes idées pour écrire ses chroniques. Il décide d'écrire une chronique sur la couleur verte  et prend quelques notes parmi laquelle il se pose cette question : 

     

    " Nous avons des alligators verts, des serpents verts  et des grenouilles vertes. Pourquoi n'y-a-t-il pas d'animaux avec de la fourrure verte ? "

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

     

     "Qwilleran était d'accord avec Christopher Smart, le poète, qui affirmait que regarder son chat fertilise l'esprit. "

     

     

    Janice à propos du livre "Comment lire un livre" trouvé dans la bibliothèque de Qwill : 

     

    "Si vous pouvez lire un livre sur "Comment lire un livre", reprit-elle, comment auriez-vous besoin de lire ce livre ? "

     

     

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

     

     

    Summary

     

     

    All people in Pickax speak about the lastest new : Thelma Thackeray, 82 years old, who lives in Hollywood, is coming back to Moose County. Qwill has many doubts about this new, especially because it's April 1st ! ...

     

    However, this strong personality moves into a beautiful house of Pleasant Street.

    Later Thelma's famous parrots will be kidnapped and reappear suddenly, while a corpse will be found in a van ...

     

     

    Some feelings about the book and anecdotes

     

    From the preface, the author presents a brief portrait of the main character : we feel that the series of The Cat Who is coming to it's end. We must not forget that Lilian Jackson Braun was 87 years old.

    She writes :

    "The Cat Who Brought Down the House" is the twenty-fifth installment of Qwilleran's saga. Let us think of the twenty-sixth?"

     

    From this book (the first French edition) the editor explains some foreign or unsusual words with an annotation at the bottom of the page.

     

    Qwill treats us with one of his childhood stories: with his friend Arch Riker, he used to send secret messages written with the lemon juice, an invisible ink ...

     

    Lilian referred in this book to Jabberwocky to qualify an administrative language. The words of this poem have been invented by Lewis Caroll. It looks like the famous song of the Cheshire Cat.

     

    ’Twas brillig, and the slithy tovesLe chat qui cassait la baraque
    Did gyre and gimble in the wabe;
    All mimsy were the borogoves,
    And the mome raths outgrabe.

     

     

     

    Moose County was almost called Blueberries County . In fact the blueberry bushes, also called cranberries in this corner, grow everywhere ! Mildred's grandfather was called the "King of the Blueberry" : he sold the berries that grew on his land. Some people campaigned to change the name of the County with the famous slogan:

    "When have you last seen a moose ?"

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

    Quotes

     

    Lilian describes the love for books and Qwill:

    "He felt for books as parents feel for their children."

     

     

    "Qwilleran is agreement with Christopher Smart, the poet, who said that watching his cat fertilizes the mind."

     

    Janice about the book "How to Read a Book" :

    "If you can read a book titled 'How to Read a Book' she said, " why would you need it to read this book?"

     

     

    Le chat qui cassait la baraque

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

    You can find a translation after the picture of the books 

     

     

    Le chat qui parlait dindon

    Paru en 2004 sous le titre : The Cat Who Talked Turkey

     

     

    L'histoire 

     

    Nous sommes le samedi 31 mai, jour de l'inauguration des travaux de la nouvelle librairie, financés par le Fond K. Le lieu choisi n'est pas anodin : il s'agit de l'ancienne bouquinerie d'Edd Smith, dont les murs datent de 1850. Ce lieu fait l'objet de spéculations car personne n'ignore que le grand-père d'Edd était forgeron mais s'adonnait aussi à la piraterie sur le Lac. 

    Un mystérieux coffre serait donc enterré sous l'arbre au milieu de la cour. Mais la pelleteuse ne mettra à jour qu'un coffre vide à la grande déception des spectateurs, des touristes et même des journalistes venus assister à cet événement. On peut supposer que l'astucieux Edd a vécu de ce fameux trésor, car sa bouquinerie et son atelier de reliure ne marchait pas bien.

    Le jour même alors que tout le monde est bien occupé, un corps est (encore une fois ! ) retrouvé dans la propriété Klingenschoen au bord du Lac.

    Notre ami Qwill aura quand même un bon alibi cette fois-ci. 

     

    Parallèlement, Qwill préparera un nouveau spectacle concernant le Grande tempête de 1913 pour le bicentenaire du Comté de Bixby.

     

     

     

    Le chat qui parlait dindon

     

     Avis et sentiments 

     

    L'intrigue policière est très légère. Le livre permet plutôt de nous immerger dans ce magnifique Comté de Moose et de partager le quotidien de ses habitants ainsi que les aventures de Qwill et de ces deux chats. Koko apprend à répondre aux dindons sauvages qui traversent le vieux verger à côté de la grange. 

     

    Après avoir publié il y a bien longtemps un livre sur les crimes urbains, son livre intitulé "Contes brefs et longs est enfin édité !  Il s'agit d'un recueil de 27 histoires locales. Il donnera ses premières dédicaces à Lockmaster.

    A noter : au début de la série, son premier livre s'intitule : "Ville de la fraternité du crime". Ici il s'appelle " Crimes dans les grandes villes". 

     

     

    Le chat qui parlait dindon

     

    La bouquinerie d'Edd 

     

     

     

    Anecdotes

     

    Pages 20 et 21, relisez le passage sur le persiflage moosien concernant les avions du petit aéroport local. Un vrai régal.

    Dans la même catégorie "à ne pas manquer", relisez la conversation improbable entre Qwill et l'architecte Hodges qui construit la librairie. Terrible ! 

     

    C'est bien connu : livre rime avec chat et la nouvelle librairie n'y déroge pas : un petit bibliochat roux deviendra la mascotte de ce lieu. Il s'appelle Dundee et a des yeux verts. 

     

    Les couples se font et se refont au gré de la série. Ainsi on apprend que Gary Pratt s'est marié et que Bushy a enfin rencontré l'âme soeur an Janice, l'ancienne assistante de Thelma, la femme aux perroquets. 

     

    Nous faisons connaissance d'un nouveau personnage au curieux nom : Alicia Carroll. Je ne sais pas pour vous, mais ce nom me rappelle l'auteur Lewis Carroll et son personnage très connu : Alice ! 

     

    La chasse au Snark : un livre lut par Qwill, en français, un snark est une figure géométrique mais en anglais il s'agit d'un animal imaginaire. pouvons dès lors faire un rapprochement avec notre dahut français. 

     

     

    Morceaux choisis

     

    • Un adage de Cool Koko s'appelle un kokoïsme. Par exemple : 

     "Il y a un destin qui conduit les chats affamés à la bonne porte".

     

     

    Un jour Qwill avait dit à Thornton Haggis:

    - Quiconque vit seul a besoin d'avoir la responsabilité d'une créature vivante ou bien risque de péter les plombs! " 

    Et Thornton avait répondu : " votre seul danger ,selon moi , est de vous perdre dans dans un nuage d' hyperboles! "

     

     

    Si vous voulez savoir à quoi ressemble un dindon et que fait-il de ses journées, je vous conseille de regarder l'excellent documentaire de Joe Hutto qui vécut durant plusieurs mois avec des dindons sauvages. Ce documentaire édifiant reçut un Emmy Award en 2012.

     

     

     

     

    Le chat qui parlait dindon

     

     

     

     

     

     

    Summary

     

    It’s Saturday, May 31th, the day of the groundbreaking ceremony for the building of the new library. The choice of the place is important : it is the old bookstore of Edd Smith. This building was built in 1850. The place is a matter of speculation because everyone knows that Edd’s grandfather was a blacksmith Edd and sometimes was a pirate on the Lake .

    A mysterious chest had been buried under the tree in the middle of the yard, but the shovel will only reveal an empty chest !  The spectators, the tourists and even the journalists who attended this even are very disappointed. We can assume that the clever Edd lived well thanks to this famous treasure.  His bookstore and his bindery did not do well financially.

    The same day when everyone was busy, a body (once again!) is discovered in the Klingenschoen property near the Lake

    But our friend Qwill will have a good alibi!

     

    Meanwhile, it is the Bicentenary of Bixby County and Qwill prepares a new show about the Great Storm of 1913.

     

     

     

    Some feelings about the book

     

    The detective plot is very light. The book brings us in beautiful Moose County and shares the daily life of its' inhabitants and the adventures of Qwill and his two cats.

    Koko learns to respond to wild turkeys who cross the old orchard.

     

    Qwill’s book is finally published:  "Short and Long Tales” ! This is a collection of 27 local stories.

    At the beginning of the series, his first book was entitled "City of Crime’s Brotherhood”. In this book, it is called "Crimes in the Big Cities."

     

     

     

    Anecdotes

     

    Pages 20 and 21 (in the French version), read the persiflage about the planes from the small local airport. Very funny !

    And do not miss the incredible conversation between Qwill and Hodges, the architect who builds the library.

     

    It is well known: book rhymes with cat and the new library makes no exception. A small red “bibliochat”( librarycat) becomes the mascot of this place. His name is Dundee and has green eyes.

     

    Gary Pratt (The Black Bear Café) married Maxine and Bushy finally met Janice, who was the assistant of Thelma.

     

    We meet a new character with a curious name, Alicia Carroll. This name reminds us of the author Lewis Carroll and his famous character, Alice!

     

    "Snark Hunting" is a book read by Qwill. In French, a snark is a geometric figure but in English it is an imaginary animal. So French people can make a connection with the “dahut”.

     

    If you want to know what a turkey looks like, watch the excellent documentary by Joe Hutto, who lived for several months with wild turkeys. This documentary received an Emmy Award in 2012.

     

     

    Special quotes

     

    • An adage of Cool Koko is called a kokoïsm. For instance :

     "There is a destiny that leads the hungry cats in the right place."

     

     

    • One day Qwill told Thornton Haggis:

    - Anyone who lives alone needs to have responsibility for a living creature otherwise there is a risk of flipping out! "

    And Thornton replied: "Your only danger, I think, is to be lost in a cloud of hyperboles !"

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    You can find a translation after the mushroom

     

     

    Le chat qui jetait des peaux de bananes

     

    paru en 2004 sous le titre original de : The Cat Who Went Bananas.

     

     

    L'histoire

     

    Alors que la fameuse pièce de théâtre d'Oscar Wilde "De l'importance d'être constant" est en préparation au théâtre de Pickax pour le mois de septembre, un jeune acteur amateur trouve la mort de dans un accident de voiture sur la route. Ronnie Dickson était un jeune homme sérieux et sa mort semble bien mystérieuse.

     

    Pendant ce temps, Koko s'évertue à disperser des peaux de bananes dans la grange à pomme...

     

    Mais Qwill, de son côté, a d'autre soucis : le beau Alden Walden a emménagé à côté de Polly. Celle-ci a toujours le chic pour dénicher d'intéressants hommes cultivés...

    La propriétaire du logement de Walden n'est autre que Violet Hibbard.

     

    Polly est également accaparée par son nouveau métier de directrice de librairie. Car la nouvelle libraire "Le Coffre du Pirate" ouvre enfin ses portes sur le terrain de l'ancienne bouquinerie d'Eddington Smith dans Walnut Street.

     

    Le quartier d'Edd se trouve bien transformé : un parc arboré jouxte de nouveaux appartements et une jolie statue de bronze à l'effigie du chat d'Edd est installée devant. Winston Churchill, le chat d'Edd avait emprunté son nom à l'écrivain et non à l'homme politique. C'était un beau chat gris à poils longs. 

     

     

    Le chat qui jetait des peaux de bananes

     

    Anecdotes

     

    Qwill fait l'éloge de cette pièce de théâtre d'Oscar Wilde dans sa chronique du Quelque Chose : " l'intrigue est farfelue, sinon totalement folle". Et effectivement, cette oeuvre est hilarante. Je vous encourage à la lire ou la relire :

     

    " Perdre un parent, Monsieur Worthing, peut être considéré comme un malheur. En perdre deux ressemble à de la négligence". 

     

     

    On apprend que le jeune Culvert Mac Bee aime toujours autant les animaux : il les recueille et les soigne. C'est le Fond Koko qui couvre les frais des soins. 

     

    Qwill s'essaye à un livre sur l'histoire de la demeure Hibbard : il s'agit de la plus vieille maison de bois construite en 1850 dans le Comté. Les ancêtres de Violet tenaient les scieries de la côte. La maison est très particulière ... l'entrée est coloniale, le toit gothique, les vérandas victoriennes et l'intérieur jacobéen.

    La maison Hibbard se situe dans les Hummocks, pas loin de chez Pompette. 

     

     

    Pensez-vous comme Qwill que la frange laissée sur le front peut paraître menaçante pour certains chats ou pour certaines races de chien ? 

     

     

    Pour finir, je vous propose une petite devinette : comment nomme-t-on un buveur d'eau de Squunk (1) ?

     

    Le chat qui jetait des peaux de bananes

     

     

    Citation à méditer 

     

    "Qwilleran aimait dire que seuls deux siamois savaient se disperser dans trois directions à la fois. "

     

     

    (1) un squunker !

     

     

    Le chat qui jetait des peaux de bananes

     

     


     
     
    Summary 
     
    While the famous play by O. Wilde The Importance of Being Earnest is preparing in theater Pickax's theater, a young actor dies in his car on the road . Ronnie Dickson was a serious young man and his death seems mysterious.
     


    Meanwhile, Koko scatters banana skins in the barn ...
     


    But Qwill has other worries: the beautiful Alden Walden moved beside Polly's flat. She always finds interestingcultured men ...

     
    Polly is also busy with her new profession : now she is the director of the new library :  "Pirate's Chest" opens its door on the site of Edd's bookstore in Walnut Street.
     
     

    The neighborhood is very  different now: a park with new apartments and a lovely bronze statue of Edd's cat is installed not far from the library. The cat, Winston Churchill, had borrowed its name from the writer, not the politician. He was a beautiful gray cat with long hair.
     
     

     
    Anecdotes 


     
    Qwill comments the book of Oscar Wilde in the local newspaper:  "the plot is farfetched, if not totally crazy." And indeed, the work is hilarious. I encourage you to read or reread:
     
    "Losing one parent, Mr. Worthing, may be regarded as a misfortune. Losing two looks like carelessness."
     
     


    The young Culvert Mac Bee still loves animal : he saves animals and takes care of them. This is possible because of the Koko Fund which covers the costs of the cares.


     
    Qwill tries to write a book about the history of Hibbard's house : it is the oldest wooden house built in 1850 in the County. The ancestors of Violet ran the saw mills on the coast. The house is very special ... the entry is Colonial, roof is in Gothic style, verandas are Victorian and the inside Jacobean.
    The Hibbard House is in the Hummocks, not far from Pompette, the famous restaurant.
     


     
    Do you think as Qwill, that some fringe hair on the forehead may seem threatening to cats or dogs?
     
     
    And a question : what is the name of a drinker of Squunk water (1)?
     

     

     


     
    A funny quote :
     
    "Qwilleran liked to say that only two Siamese knew how to disperse themselves in three directions at the same time."
     

     

     


     
    (1) a squunker!

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

    You can find a translation at the end of the page

     

    Le chat qui faisait la bombe

     

    Paru en 2006 sous le titre : The Cat Who Dropped a Bombshell

     

     

    L'histoire

     

    C'est le mois d'avril à Pickax. Hixie Rice s'occupe des festivités du 150ème  anniversaire de la ville. Mais qui sait ce qui peut arriver lorsque la charmante Hixie gère un tel l'événement ? ...

    Au final rien n'aura lieu comme prévu , encore moins la parade du 4 Juillet qui se déroulera finalement en septembre  à cause du mauvais temps. 

    C'est Koko qui soufflera l'idée du nom de cet événement : Pickax Now ! 

     

    Parallèlement, Qwill s'implique dans une vente aux enchères organisée au profit du refuge pour animaux. Durant cette vente aux enchères, une amie de Clarissa, la fiancée de Harvey Ledfield, va adopter un joli chaton prénommée Isabella. Mais le plus important est que cette demoiselle très futée aidera Qwill à découvrir la vraie raison du décès des Lefdfeld. 

     

     

    Anecdotes

     

    Ne cherchez pas la définition du mot "sesquicentennial", il s'agit d'un mot américain qui définit un 150ème anniversaire. 

     

    C'est dans ce livre qu'Homer Tibitt ainsi que Foxy Fred nous quittent. Quelle tristesse de perdre ces beaux personnages ! On peut se demander si Lilian n'avait pas idée d'un grand chamboulement dans la série, d'autant plus que Liz Hart, propriétaire du Grist Mill a un accident sur le pont de Bloody Creek.

    D'ailleurs le pont de Bloody Creek ne serait-il pas en fait le Vieux Pont de Bois ? 

     

    Qwill n'a plus sa petite voiture économique. A présent il roule en 4X4.

     

    Le post-scriptum qui suit le dernier chapitre consiste en une interview de Lilian Jackson Braun par Qwill. C'est une situation inédite où l'on apprend quelques détails sur la vie du vrai Koko, le chat de Lilian. On y découvre aussi le cheminement littéraire de l'auteur. 

     

     

    Le chat qui faisait la bombe

     

     

    Morceaux choisis :

     

    Qwill écrit dans son journal intime :

    " Nous avons tous droits à quelques excentricités pourvu quelles ne nuisent à personne, qu'elles n'enfreignent pas la loi ni ne constituent aucune nuisance publique " . 

     

    Un proverbe chinois attribué à Confucius, que Qwill aime citer :

    "Mieux vaut allumer une petite chandelle que de maudire l'obscurité".

     

    Adage de Cool Koko :

    "Quand votre assiette est pleine de crème, n'en attendez pas davantage. " 

     

     

    Le chat qui faisait la bombe

     

    Couverture de la nouvelle édition du livre.

     

    Summary 

     

    It's the month of April. Hixie Rice manages the celebration of the 150th anniversary of the city. But who knows what could happen when it's the charming Hixie who is in charge of the event? ...

    At the end nothing will go as it was planned and the parade of 4th July that eventually will be celebrated in September due to the bad weather.

     

    It is Koko who will give the idea of the name for this event: Pickax Now!

     

    Meanwhile Qwill is involved in an auction organized for the animal shelter. During the auction the boyfriend of Clarissa, Ledfield Harvey, will adopt a cute kitten called Isabella. But the most important is that this very smart lady will help Qwill to discover the true reason of the Ledfield's death.

     

     

    Anecdotes

     

    For French people : do not look for the definition of "sesquicentennial", this is an American word that defined a 150th anniversary.

     

    It is in this book that Homer Tibitt and Foxy Fred leave us. How sad to lose these beautiful characters! May be Lilian had an idea of ​​a great upheaval in the series because anther character has an accident :   Liz Hart has an accident on the bridge of Bloody Creek.

    But this bridge of Bloody Creek would it be not in fact the Old Wood Bridge?

     

    Qwill has no longer his small economic car. He has now a 4X4.

     

    The postscript after the last chapter consists of an interview of Lilian Jackson Braun by Qwill. This is an unprecedented situation where we learn some details about the life of the "true" Koko, who was Lilian's cat. We also discover in this conversation the literary path of the author.

     

     

    Quotes :

     

    Qwill wrote in his diary:

    "We all have rights to some eccentricities which do not harm anyone, they do not violate the law or constitute any nuisance."

     

    A Chinese proverb attributed to Confucius, which Qwill likes to quote:

    "Better to light one small candle than to curse the darkness."

     

    Cool Koko adage:

    "When your plate is full of cream, do not expect more."

    Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique